Immigration : le succès incontestable de la barrière hongroise

post_thumb_default

 

Hongrie – La seconde clôture à la frontière sud de la Hongrie est terminée. La Hongrie est désormais dotée de la frontière la plus surveillée d’Europe, dont l’efficacité est incontestable.

Le long des 155 km de la frontière avec la Serbie, la barrière anti-migrants a été renforcée d’une seconde clôture, de systèmes de détection de mouvement et de caméras thermiques, et une route goudronnée sillonne entre les deux clôtures.

Il aura fallu environ 15 millions d’euros pour ériger cette deuxième barrière. Le coût de la mobilisation des soldats et des policiers à la frontière n’est pas établi pour le moment. Mais les résultats sont là : depuis le 28 mars, personne n’a pu passer illégalement la frontière.

Si toutefois quelqu’un réussissait à passer, peu de chance qu’il continue sa route. Tout clandestin intercepté en Hongrie est reconduit aux points de passage de la frontière sud, côté serbe. Ils sont fichés et n’auront plus la possibilité de déposer une demande d’asile.

Mieux vaut prévenir que guérir

Ce pourrait être le mot d’ordre du gouvernement, qui en construisant cette barrière renforcée a exhaussé la demande pressante du maire László Toroczkai, vice-président du parti populiste de droite Jobbik, et maire d’une commune frontalière de la Serbie qui s’était fait connaître mondialement avec sa vidéo visant à décourager les migrants de passer par chez lui.

“J’ai demandé la barrière en 2014. Dès son érection en 2015, les résultats se sont fait sentir de façon très probante,” a déclaré l’édile hongrois à notre journal. “La double barrière était nécessaire, tout comme l’est la forte présence policière sur le terrain, car aucune barrière ne dissuade totalement ceux qui veulent passer. Ce lundi, la police vient de découvrir un tunnel d’un kilomètre de long réalisé par les passeurs…”

Le gouvernement maintient que la barrière était d’autant plus nécessaire que la vague d’immigration de 2015 ne serait que la première d’une potentielle longue série. Les menaces récurrentes d’Erdogan à l’encontre de l’Union européenne, notamment, et les millions d’Africains en attente, particulièrement en Lybie, poussent le gouvernement hongrois à estimer que la pression qui va se faire sur sa frontière sud n’est que temporairement basse, et les autorités hongroises sont désormais sur le pied de guerre permanent pour faire face aux vagues migratoires annoncées.

Une vision partagée par László Toroczkai, qui a commenté lors de notre appel téléphonique que “cette barrière et les moyens d’endiguer l’immigration massive ne seront pas juste nécessaires encore dans les années à venir, mais aussi dans les siècles à venir”.

 

Extrait de: Source et auteur

Suisse shared items on The Old Reader (RSS)

4 commentaires

  1. Posté par miranda le

    LA BOMBE DEMOGRAPHIQUE AFRICAINE ne relève pas de notre faute, mais celle de leurs gouvernants qui ont laissé « proliférer » leurs peuples, toujours pour mieux les asservir, pour avoir une main d’oeuvre sous-sous-sous-sous payée.

    A VOUS D’ASSUMER CELA MESSIEURS LES GOUVERNANTS AFRICAINS. LE PLANNING FAMILIAL DEVIENT UNE URGENCE POUR VOUS.

    SI VOUS NE LIMITEZ PAS VOTRE DEMOGRAPHIE, ELLE SAURA SE RETOURNER CONTRE VOUS.

    Mais nous, nous n’avons pas à assumer VOTRE BETISE et votre seule préoccupation qui était votre enrichissement d’abord.

    Nous ne dirons jamais assez merci à nos amis HONGROIS et Monsieur Victor ORBAN.

  2. Posté par monde-tombé-sur-la-tête le

    Il y en a encore qui n’ont pas envie de mourir… alors que les francais votent pour l’autoroute de l’immigration…

  3. Posté par Trebark le

    A chacun son tour, l’Europe centrale n’a pas pu se développer pendant un demi-siècle à cause du marxisme. Désormais ils vont être à l’abri alors qu’à l’ouest la guerre civile fera rage, à cause du même marxisme.

  4. Posté par Jean B le

    « Le gouvernement maintient que la barrière était d’autant plus nécessaire que la vague d’immigration de 2015 ne serait que la première d’une potentielle longue série. Les menaces récurrentes d’Erdogan à l’encontre de l’Union européenne, notamment, et les millions d’Africains en attente, particulièrement en Lybie, poussent le gouvernement hongrois à estimer que la pression qui va se faire sur sa frontière sud n’est que temporairement basse »…
    ————————

    Alors que dire de notre frontière sud entre l’Italie et le Tessin ???
    Passage autrement plus direct pour « les millions d’Africains en attente, particulièrement en Lybie »…
    Et passage autrement plus accessible pour eux.
    Malheureusement.

    Trop, c’est trop.
    Quel foutage de gu… !!!

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.