France: une voiture remplie de bouteilles de gaz à proximité d’un site Seveso. [MàJ Le propriétaire a été interpellé]

photo-clement-berthet

17 H 43 : Le procureur de la République va tenir un point presse à 18 heures, à Chasse-sur-Rhône.

17 H 38. Selon le directeur de cabinet du préfet de l’Isère, Alexander Grimaud, 200 riverains ont été évacués. « A l’heure actuelle, il n’y a pas nécessité de fermer l’autoroute A7 ni les voies ferrées. Il a été seulement demandé à la SNCF qu’aucun train ne s’arrête en gare de Chasse-sur-Rhône ». La levée de doute se poursuit par les démineurs.

17 H 24 : Une enquête pour tentative d’assassinat a été ouverte. Le domicile du propriétaire de la voiture est en cours de perquisition.

17 H 15 : Selon le Dauphiné Libéré, le propriétaire a été interpellé et placé en garde à vue à la brigade de Chasse-sur-Rhône. L’homme interpellé serait un chauffeur livreur de bouteilles de gaz. Le procureur de la République de Vienne a bien entendu informé le parquet antiterroriste de Paris, mais celui-ci ne s’est pas saisi de l’enquête.

17 H 02 : La Peugeot bourrée de bonbonnes de gaz aurait été récemment acquise par un homme âgé de 27 ans à son propriétaire initial, un ressortissant russe.

16 H 57 : L’hélicoptère de la gendarmerie est de retour dans les airs de Chasse-sur-Rhône après les avoir quittés. Probablement que l’appareil a fait le plein de carburant.

Selon des sources concordantes, sollicitées par le Dauphiné Libéré, la voiture était bien chargée de nombreuses bouteilles de gaz, et non pas trois comme indiqué par la préfecture de l’Isère. Au moins neuf bouteilles ont été découvertes dans l’habitacle, d’autres sont également dissimulées dans le coffre.

16 H 20 : C’est l’odeur de gaz s’échappant de l’habitacle de la Peugeot qui a intrigué des riverains. Ces derniers ont aussitôt alerté les secours.

16 H 09 : Tout le centre-ville de Chasse-sur-Rhône est bouclé. Le parking où est stationné la voiture suspecte se trouve le long de l’artère traversant la commune.

15 H 55 : Pour l’instant, le parquet de Vienne reste saisi. L’enquête a été confiée aux gendarmes de la brigade de recherches de Vienne et de la Section de recherches de Grenoble.

15 H 53 : De très nombreuses unités de gendarmerie convergent sur Chasse-sur-Rhône. Alors que les hommes du PSPG de Saint-Alban/Saint-Maurice sont déjà sur place, différents escadrons se rendent sur les lieux.

15 H 50 : selon les informations du Dauphiné Libéré, les démineurs lyonnais ont extrait une dizaine de bouteilles. Un robot a été activé à distance afin de briser une vitre de l’une des portières de la Peugeot. Les bouteilles étaient reliées entre elles par un fil. D’autres bouteilles seraient entreposées dans le coffre.

15 H 47 : la voiture, une Peugeot 406 grise, est stationnée parmi d’autres sur un parking d’une société de comptabilité. Les bouteilles seraient dissimulées sous une couverture. La voiture compterait bien plus que les trois bouteilles annoncées dans un communiqué de la préfecture.

15 H 39 : Selon le directeur de cabinet du préfet de l’Isère, Alexander Grimaud, 200 riverains ont été évacués. « À l’heure actuelle, il n’y a pas nécessité de fermer l’autoroute A7 ni les voies ferrées. Il a été seulement demandé à la SNCF qu’aucun train ne s’arrête en gare de Chasse-sur-Rhône ». La levée de doute se poursuit par les démineurs.

15 H 31 : Le procureur de la République de Vienne, Jérôme Bourrier, se rend sur place.

15 H 29 : Toujours selon le Dauphiné Libéré, tous les sites SEVESO que compte la vallée du Rhône sont actuellement inspectés par les gendarmes. Ainsi, un hélicoptère de la gendarmerie a survolé à basse altitude différentes entreprises sensibles de Saint-Clair-du-Rhône et de Roussillon.

15 H 26 : La préfecture de l’Isère invite tous les habitants de Chasse-sur-Rhône à rester confinés chez eux. Un périmètre de sécurité de 500 mètres a été établi. Selon nos informations, cette voiture, qui contient trois bouteilles de gaz dissimulées dans l’habitacle, est stationnée rue Pasteur. Il s’agirait d'un véhicule récemment acquis.

15 H 13 : Un important dispositif de gendarmerie est déployé depuis 13h30 à Chasse-sur-Rhône. Selon nos informations, une voiture suspecte inquiète les forces de l’ordre. Celle-ci est remplie de bouteilles de gaz, stationnée à proximité d’un site Seveso, la société Finorga. Un hélicoptère de la gendarmerie survol actuellement le site, un périmètre de sécurité a été établi. Les démineurs sont également sur site. Toujours selon nos informations, les bouteilles de gaz seraient ouvertes.

Une cellule de crise a été activée en préfecture de Grenoble.

Source

2 commentaires

  1. Posté par maury le

    Je viens de relire le titre de cet article !!s’agit t-il d’une tentative d’ attentat? la question est idiote vu que les bobonnes étaient reliées par un fil !

  2. Posté par maury le

    Il faudra un jour ou l’autre que ceux qui ont le pouvoir s’en servent pour nous dire la stricte vérité sur ce qui se passe !!ainsi que les médias aux ordres !sinon il est possible qu’à la longue ,nous qui sommes pris pour des billes, on leur montre qu’il n’en est rien, et que nous pouvons les faire condamner pour non assistance à peuple en danger, comme ce qui s’est passé avec Mérah et les autres tueries comme au Bataclan (minimiser le danger c’est nous condamner) Ce système pourri politico médiatique aux ordres de Merkel et sa clique ne durera pas longtemps « Attention à l’effet boomerang!!!!!!

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.