Le Conseil fédéral transforme la préférence nationale en préférence étrangère

les autres avant les nôtres

Communiqué de presse

UDC Suisse, le 16 juin 2017

En décembre 2016 le Parlement fédéral a violé la Constitution en refusant d'appliquer, ne fût-ce que partiellement, l'article 121a de la Constitution fédérale. Il n'existe ni contingent, ni plafond, ni gestion autonome et limitation de l'immigration, autant de règles pourtant explicitement voulues par le peuple et les cantons qui ont accepté l'initiative contre l'immigration de masse. En appliquant la décision du Parlement, le Conseil fédéral fait un pas de plus: il transforme en pratique la "préférence nationale" en une "préférence étrangère".

Le Conseil fédéral a présenté aujourd'hui les dispositions clés des ordonnances qui appliqueront la loi d'exécution de l'art. 121a de la Constitution fédérale. Ces règles n'auront strictement aucun effet sur l'immigration de masse que continue de subir la Suisse. L'obligation d'annoncer les places de travail vacantes, qui a été adoptée en décembre dernier, profiterait aujourd'hui à quelque 187 000 personnes sans emploi de Suisse parmi lesquels ont compte aujourd'hui déjà un très grand nombre d'étrangers. Le Conseil fédéral veut de surcroît faire annoncer aux offices de placement tous les réfugiés et les requérants d'asile admis provisoirement qui sont aptes à se présenter sur le marché du travail. C'est dire que la plupart des personnes à placer seront sans doute de nationalité étrangère. Une fois de plus, on constate à quel point la majorité du Conseil fédéral et du Parlement se moque du peuple suisse: d'un côté, on offre à des étrangers des emplois en Suisse, de l'autre côté, on impose aux entreprises et aux cantons des charges bureaucratiques énormes. Le Conseil fédéral ignore aussi superbement la disposition de l'art. 121 cst. qui exige une préférence nationale permanente sans aucune valeur seuil ou d'autres conditions.

Une fois de plus la politique donne à l'accord de libre circulation des personnes avec l'UE la priorité par rapport à notre Constitution fédérale et à la volonté du peuple qui a exigé un contrôle de l'immigration. Conclusion: il est grand temps de mettre fin au principe de la libre circulation des personnes dans des accords internationaux, donc de cesser de donner aux étrangers le droit d'immigrer librement en Suisse. Le 24 juin prochain, les délégués de l'UDC Suisse fixeront la marche à suivre pour atteindre cet objectif.

 

4 commentaires

  1. Posté par Cécile le

    Enfin ils attaquent ! Agissez comme des disiples envers vos collègues et amis !
    Jesus á bien eu des disiples!
    Notre survie et notre liberté en dépend ! Avec Schengen ils nous mettent sous tutelle, finalement ils mettent tout dans cet accord, armes etc et ceci pour nous museler et enlever notre liberté de citoyen et faire des esclaves bien docile qui paient en plus leur soumission.

  2. Posté par LAMBERT le

    C’est bien. Vous ne lâchez rien et on verra bien qui aura gain de cause à la fin. La meilleure défense a toujours été l’attaque !

  3. Posté par Vengeur le

    Ce  » conseil fédéral  » est fourbe dans sa totalité, malheureusement il ne risque rien car trop de lâches permis ce peuple de ce pays.

  4. Posté par farjon thierry le

    Chouette! les suisses à l’AI et les étrangers qui payent les suisses à rien faire, tout a fait d’accord!

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (100'457 commentaires retenus sur 3'464'976, chiffres au 2 novembre 2016) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.