Gabriele Adinolfi « Une autre Europe est impérative »

post_thumb_default

 

Samedi 17 juin à Paris (1 rue Maryse Bastié, Paris 13) se déroulera une session intitulée « Une autre Europe est impérative ». Une journée organisée et présentée par Gabriele Adinolfi, le plus Français des Italiens, militant nationaliste révolutionnaire historique qui reviendra notamment sur « l’avant garde en Europe ». (voir ici)

Gabriele Adinolfi a accepté de répondre à nos questions sur cette journée.

* * *

Breizh-info.com : Vous organisez un colloque ce samedi 17 juin, pouvez-vous nous en présenter les grandes lignes ?

Gabriele Adinolfi : Samedi plutôt qu’un colloque j’organise la communication au public de l’état de travaux que moi et d’autres personnes avons entrepris depuis un an et demi dans divers pays d’Europe.

Nous agissons dans les domaines culturel, économique, politique et social, en structurant ce qu’on peut bien appeler un Conseil d’action et de la pensée (un Soviet si on veut sourire un peu).

Pour l’instant nous avons structuré un réseau de centre d’études et de maisons d’édition dans des pays divers (Italie, France, Espagne, Portugal, Belgique etc) qui a donné naissance à un Centre Etudes basé à Bruxelles, “EurHope”, qui actuellement a une rédaction en 19 langues.

L’action a été reprise aussi à l’est et surtout en Amerique Latine, où d’autres centres d’études, revues, publications et médias se sont mis en relation active avec nous. Un objectif commun sera la création des Etats Généraux pour l’actualisation de l’action, de la pensée et du langage.

Autour de ce réseau nous avons créé une école de formation politique (matières: communication, technologie, sociologie du pouvoir) qui existe en plusieurs langues. Cela nous a permis aussi de nouer des relations politiques assez importantes, de réaliser des connexions entre des partis de peuples divers qui trouvent souvent une certaine difficulté à nouer des relations entre eux. Il suffit de considérer que les partis d’une même famille de pensée à Bruxelles sont divisés en trois regroupements distincts et que nous avons réussi à les faire travailler ensemble en plusieurs occasions et on leur a parfois fourni des contacts importants à divers niveau (institutionnel, journalistique etc).

Dans le même temps, nous avons tissé des relations internationales dans une logique à la fois économique et géopolitique au plus haut niveau dans les autres continents.

Nous avons aussi commencé à agir dans une perspective corporatiste dans ce qu’on appelle le stakeholders à Frankfurt, et seule la mentalité trop individualiste des paysans nous a empêchés de mettre Bruxelles sous la pression conjointe de la France, de l’Italie et de la Grèce.

Il s’agit dans ces cas specifiques (stakeholders et agriculteurs) d’actions purement politiques auxquelles il faut en ajouter d’autres, ponctuelles, telle celle que nous menons aujourd’hui contre l’introduction en Italie du Droit du Sol.

Tout ceci est en place et en évolution permanente. Cela s’accompagne aussi de moments d’unité et de formation par ce que j’ai nommé les Lansquenets (randonnées à pied ou à cheval etc).

Il s’agit donc non pas d’un colloque mais du récit d’un projet qui veut équiper une famille de pensée d’un centre névralgique.

J’ai du limiter les invités et donc les choisir surtout en fonction de la langue. En regardant la liste des intervenants de la Grèce, de l’Italie, de la Belgique il est très aisé de comprendre que ceux qui viendront sont des personnages politiques, pas des intellectuels en quête d’images.

Ce colloque aura lieu dans une salle de l’hôtel Lodge In, 1 rue Maryse Bastié, métro Porte d’Ivry, de 14h à 18h le samedi 17 juin.

Breizh-info.com : Quelles analyses faites vous des élections législatives au R-U et en France ?

Gabriele Adinolfi : Les anglais sont prisonniers de leur ambiguïté historique vis-à-vis du continent. Il veulent en faire partie tout en restant dehors et vice-versa. Ils vont chercher une issue sur mesure mais dans l’attente ils ne peuvent pas trancher.

En France le système de pouvoir est en pleine offensive, ce qui pour l’instant lui a réussi: Macron s’est imposé et a fasciné.

De l’autre côté la moitié des français, qui se sentent révoltés, est déçue et en grande partie s’abstient de voter.

Breizh-info.com : Une autre Europe est donc selon vous possible, vraiment ? Comment unir les Européens , méfiants à l’égard des institutions européennes ?

Gabriele Adinolfi : Je crois qu’il faut être clair. Nous avons l’habitude de regarder le pouvoir et la politique du dehors (c’est un vieux réflexe de ghetto). Pourtant pouvoir, politique, société, économie et technologie s’ entrelacent et se conditionnent mutuellement.

Notre regard est celui que nous lançons depuis le trottoir du pub où nous refaisons tous les soirs le monde autour d’une bière.

Or c’est un regard biaisé et schizophrène selon lequel il existerait un système institutionnel qui serait étranger, indépendant du reste, et purement et simplement remplaçable par quelque chose d’autre, par le biais d’une élection qui mettrait hors jeu celui que nous décrivons par ailleurs comme le banquier franc-maçon tout-puissant.

Mise à part que si cela était le cas je ne vois pas comment on pourrait rêver qu’il quitte sa place sans avoir d’abord perdu son pouvoir ; nous commettons une erreur grossière.

C’est justement en agissant sur les rapports de force, sur les dynamiques, avec une stratégie et un méthodologie, qu’on se bat. On le fait dans le sens de l’histoire, en lui changeant le signe et les symboles. Le consensus électoral est fondamental mais il va avec, il ne peut pas prendre la place.

Il ne reste que les gens de la droite nationale à croire encore dans l’imaginaire démocratique sans comprendre que cette enveloppe couvre un pouvoir réel qu’on ne peut attaquer que par des pouvoirs réels.

Il s’agit donc d’attaquer ce pouvoir réel, à la périphérie comme au coeur, par la création d’autres pouvoirs réels qui sont l’expression de l’organisation des forces productrices et de fortes individualités.

C’est cela qu’il faut faire plutôt que de critiquer en permanence Bruxelles, qui n’est pas la cause mais la conséquence des pouvoirs et des cultures dominantes.

La question n’est enfin pas de savoir comment unifier les européens qui, que l’on veuille ou non ne sont pas si eurosceptiques qu’on le dit, mais comment les protéger de leur extinction et comment les rendre forts et puissants plutôt que soumis à une invasion horizontale et verticale.

La question n’est donc pas quel imaginaire abstrait opposer aux institutions européennes et nationales (parce que l’Union Européenne est bien le fruit de l’actuel compromis entre nos classes dirigeantes locales) mais comment livrer bataille et changer les rapports de force.

Breizh-info.com : Les Pays de l’Est de l’Europe semblent se heurter au mur de l’Europe de l’Ouest. Est-ce que le vent peut tourner ?

Gabriele Adinolfi : C’est bien que certains pays de l’Est s’engagent sur les fronts de l’immigration et des moeurs. Cela peut contribuer à produire un équilibre à venir. Mais n’oubliez pas, que l’Ouest c’est aussi vous, moi, Dominique Venner et l’Aube Dorée, et que l’Est ce sont aussi Soros et Abramovich. Ces deux mondes sont complexes et en devenir, il ne faut pas trop exagérer avec les schémas.

Ceci dit, si Visegrad est l’Antithèse de Bruxelles, c’est très bien, surtout dans l’optique d’obtenir une synthèse, cette grande découverte politique de Mussolini.

Il ne faut pas jouer les supporters de foot entre deux équipes mais regarder toujours avant en capitalisant tout ce qu’il faut capitaliser pour tout changer dans le sens que nous voulons. C’est la mentalité révolutionnaire qui le demande.

Breizh-info.com : Comment analysez vous l’échec du Front national en France ?

Gabriele Adinolfi : Aux législatives? Par la déception de l’électorat face à la grande affirmation du pouvoir renouvelé et par la découverte, consciente ou inconsciente, du fait que renverser un système par une élection et sans y avoir travaillé dans tous les domaines, jour après jour, pendant des années, est impossible.

Si par contre vous me demandez pour la présidentielle, il y a eu effectivement certaines erreurs de fond, dont la principale à mon avis a été l’abandon de toute radicalité troquée pour un extrémisme amateur qui s’est perdu dans le débat sur l’Euro. Mais tout cela n’a pas été si déterminant que l’on croit, même le débat qui a vu succomber Marine face à Macron n’a compté que pour quelques points en pourcentage.

A mon avis le Front, comme presque tous les partis politiques de la famille “nationale”, subit l’absence d’une stratégie et des structures nécessaires à la fournir. Ce qui est exactement ce à quoi je travaille. Les partis de la droite nationale sont trop tactiques ou voués à l’improvisation, ce qui les rend très vulnérables aux victoires manquées.

Ceci dit et retenu, on ne peut pas vraiment parler d’échec quand il s’agit de presque onze milions de personnes qui ont « mal voté » si l’on se place du côté du nouveau pensionnaire de l’Elysée. Même en pleine déception, la “débâcle” a réuni trois millions d’électeurs. J’estime qu’il faut être humble et constructif dans la critique, autrement on tombe dans le grotesque et dans l’ingrat.

Breizh-info.com : Et quelle est la situation actuellement en Italie, en première ligne de l’immigration qui ne tarit pas ? Comment réagissent les pouvoirs publics ? Et le peuple ?

Gabriele Adinolfi : En Italie le “populisme” de droite a échoué en gouvernant très mal et il a cédé la place à la gauche modérée qui s’enrichit par les associations et, en particulier, par les fonds pour les immigrés. Nous assistons aujourd’hui à un paradoxe qui mérite réflexion. L’Italie impose son “souverainisme” pour submerger l’Europe d’immigrés et c’est Bruxelles qui essaye de la contenir.

Comment réagit le peuple? En s’amusant sur facebook, instagram et tweeter.

Le peuple réagit seulement s’il existe une avant-garde et là nous revenons à la case départ qui était celle de mon meeting de samedi à Paris. Non parce que je prétend être cette avant-garde mais parce que ce que je présente constitue un chantier en action vers ce but.

Propos recueillis par Yann Vallerie de Breizh-info.com | Source

Retrouvez Gabriele Adinolfi dans l’émission « Synthèse », sur Radio Libertés (cliquez ici)

Vous avez aimé cet article ?

EuroLibertés n’est pas qu’un simple blog qui pourra se contenter ad vitam aeternam de bonnes volontés aussi dévouées soient elles… Sa promotion, son développement, sa gestion, les contacts avec les auteurs nécessitent une équipe de collaborateurs compétents et disponibles et donc des ressources financières, même si EuroLibertés n’a pas de vocation commerciale… C’est pourquoi, je lance un appel à nos lecteurs : NOUS AVONS BESOIN DE VOUS DÈS MAINTENANT car je doute que George Soros, David Rockefeller, la Carnegie Corporation, la Fondation Ford et autres Goldman-Sachs ne soient prêts à nous aider ; il faut dire qu’ils sont très sollicités par les medias institutionnels… et, comment dire, j’ai comme l’impression qu’EuroLibertés et eux, c’est assez incompatible !… En revanche, avec vous, chers lecteurs, je prends le pari contraire ! Trois solutions pour nous soutenir : cliquez ici.

Philippe Randa,
Directeur d’EuroLibertés.

Cet article Gabriele Adinolfi « Une autre Europe est impérative » est apparu en premier sur Eurolibertés.

 

Extrait de: Source et auteur

Suisse shared items on The Old Reader (RSS)

Un commentaire

  1. Posté par miranda le

    L’Italie « impose son souverainisme  » pour submerger l’Europe par les immigrations successives que Bruxelles essaye de contenir.
    Et moi qui croyant l’ITALIE SUBMERGEE

    Voilà donc, le monde dans lequel nous vivons :

    1) Les partis populistes italiens ont échoué,
    2) ceux de gauche ont pris leur place
    3) et S’ENRICHISSENT par les associations qui reçoivent des fonds européens pour gérer
    l’immigration.

    Ce manège migratoire « mafieux, malsain », n’existerait pas si nous pouvions avoir droit au rétablissement de nos frontières.

    Comme c’est intéressant, cette Europe, qui nous dépossède de nos responsabilités en matière migratoire et qui délègue ce rôle à des nouveaux mafieux de l’immigration.

    ALORS POURQUOI RESTONS-NOUS DANS BRUXELLES, QUI LAISSE GERER L’IMMIGRATION PAR DES MAFIEUX.

    Notez que ça peut être agréable à ceux qui défendent le PLAN KALERGI. Puisque l’essentiel est la disparition, à terme, des nations européennes et la venue du MELANGE POUR TOUS. Pour la création d’une masse laborieuse, déplaçable et corvéable à souhait.

    VIENDRA LE TEMPS DE LA REACTION. DANS CINQ ANS HELAS, OU AVANT.

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.