Philippines : Une centaine de chrétiens utilisée comme bouclier humain par les djihadistes

philippine-1200x600

Les combattants de l’État islamique aux Philippines utiliseraient des dizaines de chrétiens comme bouclier humain pour se protéger au milieu d’une bataille qui fait rage entre les djihadistes et les autorités pour reprendre la ville de Marawi.

Selon le Daily Mail, les militants du groupe Maute, lié à Daech, utiliseraient une centaine d’otages chrétiens pour se protéger, depuis que le Président philippin Rodrigo Duterte a ordonné des bombardements intenses par des avions sur la zone rebelle. Le père Teresito Suganob, un prêtre catholique qui a été pris en otage depuis cinq semaines, serait parmi ces chrétiens.

Selon Reuters, la plupart des 200 000 citoyens de Marawi ont fui depuis l’entrée des militants djihadistes dans la ville le 23 mai.  Pour le porte-parole de l’armée, Jo-Ar Herrera, les ignobles méthodes mises en oeuvre par l’Etat islamique au Moyen-Orient ont été exécutées à Marawi.  Viols, esclavages, conversions forcées, tortures…

« Elles sont forcées à devenir des esclaves sexuelles […] C’est ce qui se passe à l’intérieur, c’est évident… ce sont des personnalités perverses. »

Certains habitants sont enrôlés de force pour piller les maisons.

« Les otages ont été chargés de piller des maisons, des établissements à la recherche de munitions, d’armes à feu, d’argent, d’or. »

Jusqu’à présent, 70 militaires, 27 civils et 290 militants auraient été tués, et 246 000 personnes déplacées lors des affrontements entre militants et troupes gouvernementales.

La prise de la ville inattendue et l’accès des groupes terroristes aux armes lourdes et à l’utilisation de combattants étrangers ont « suscité des craintes dans le pays principalement catholique… La bataille de Marawi pourrait être le début d’une campagne plus large », et reflète l’intention de Daech d’établir un califat en Asie du Sud-Est, note Reuters.

Quelques jours après le début du conflit, le Président Dutertre a décrété la loi martiale dans le sud des Philippines. Il a également déclaré ne pas comprendre la doctrine radicale de l’État islamique :

« Ce qui est douloureux pour moi, c’est qu’une idéologie fracturée soit entrée. Tout ce qu’ils veulent, c’est tuer et détruire, comment pouvons-nous vivre avec ça ? »

 

Source

Nos remerciements à 

Un commentaire

  1. Posté par trafapa le

    Ah que nous voilà loin des règles de la chevalerie et de l’amour courtois ! Inutile de tenter de leur expliquer , ils n’ont pas été programmés pour ça . Oser dire que toutes les cultures se valent , est fou .

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.