C’est l’été – Lady Diana – Princesse de cœur ou reine du cul

Michel Garroté
Politologue, blogueur
Lady-Diana-1

Nicolas-Gauthier-1

   
Michel Garroté  --  "Le président américain Donald Trump a reproché jeudi aux élus du Congrès d'avoir abaissé les relations avec la Russie à un niveau historiquement bas et dangereux". -- "Selon un baromètre YouGov du mois d'août réalisé pour Le HuffPost et CNews, la cote de popularité d'Emmanuel Macron chute très lourdement, passant de 43% d'opinions favorables à 36% en un mois". -- "Le prince Philip, époux d’Elizabeth II, tire sa révérence à 96 ans". -- "Lady Diana : le cœur et l’argent du cœur. Princesse du cœur, peut-être ; mais pas vraiment la reine du cul, semble-t-il".
-
Voilà, en vrac, les infos trouvées sur la toile ces jours-ci. "Y'a à boire et à manger", comme dirait l'autre. Je continue d'admirer Trump, qui, tous les jours, affronte les chacals en meute qui veulent sa peau. Et il a raison de reprocher aux élus (irresponsables) du Congrès d'avoir abaissé les relations avec la Russie à un niveau effectivement bas, et, surtout, dangereux. Côté Macronnet, je me délecte d'apprendre qu'il n'a plus que 36% d'opinions favorables. Il se croyait au pinacle. Le voici qui semble descendre aux abysses. Déjà.
-
Puis il y a le Prince Philip : le Sire tire sa révérence à 96 ans. Chapeau : en ces temps où la fumisterie est hissée au rang de vertu théologale, ce bon vieux Philip aura oeuvré sept jours sur sept jusqu'à près de 100 ans. Qui dit mieux ? A propos des Windsor, j'ai eu droit à un moment de jubilation en lisant le billet humoristique de Nicolas Gauthier (photo en haut du présent article), journaliste et écrivain, à propos de Lady Diana dont on fêtera, le 31 août, le vingtième anniversaire de la disparition (attendons-nous pire : les médias vont encore en faire des tonnes).
-
Or donc, dans un remarquable billet d'humour intitulé "Princesse du cœur, peut-être ; mais pas vraiment la reine du cul, semble-t-il", Nicolas Gauthier, journaliste et écrivain, écrit, sur Boulevard Voltaire (voir lien vers source en bas de page) : Un jour viendra le temps des « faux prophètes », lit-on dans l’Évangile selon saint Matthieu. Nous n’en sommes pas loin. Faux philosophes avec BHL. Faux curés avec l’abbé Pierre. Faux économistes avec DSK. Faux écolos avec Nicolas Hulot. Faux-culs avec François Fillon. Et fausse noblesse avec Lady Diana dont on fêtera, le 31 août, le vingtième anniversaire de la disparition.
-
Nicolas Gauthier : Soit l’occasion d’un nouveau scandale à venir. Ainsi, la chaîne anglaise Channel 4 s’apprête à diffuser un documentaire, 'Diana : In Her Own Words', consacré à celle que les tabloïds avaient jadis surnommée « la princesse du cœur ». Et là où tout cela devient très shocking, c’est que ce même documentaire reprend des images d’archives enregistrées de 1992 à 1993, à l’occasion desquelles la princesse de Galles s’épanchait sur ses petits malheurs conjugaux, évoquant des « rapports sexuels réduits au strict minimum » avec son époux princier. « Princesse du cœur », peut-être ; mais pas vraiment la reine du cul, semble-t-il.
-
Nicolas Gauthier : Toujours transportée par les mêmes élans de pudeur, elle s’y plaignait encore du manque de réconfort prodigué par la famille royale, la reine Élisabeth II au premier chef, devant ses déboires intimes. Comme si les Windsor avaient pour vocation d’être une cellule de soutien psychologique experte en câlinothérapie.
-
Nicolas Gauthier : Du coup, l’inénarrable Charles Spencer, petit frère d’icelle, a tenté en vain d’interdire la diffusion du documentaire incriminé. Voilà qui ne manque pas de menthe sur le gigot. Car si tout cela a été filmé, c’est donc bien que Lady Diana était consentante. À en croire les images, elle n’était pas ligotée sur une chaise avec un pistolet pointé sur la tempe. Et quand, en 2004, la chaîne américaine NBC les a diffusées, Charles Spencer n’a pas joué les vierges effarouchées, à ce que l’on sache.
-
Nicolas Gauthier : Sacré Charlie qui, dès la mort de sa grande sœur, avec laquelle il était notoirement en froid, a voulu s’improviser tuteur de ses deux neveux, William et Harry. Proposition sèchement refusée par une Très Gracieuse Majesté l’ayant illico prié de repartir à ses frasques, entre divorces et maîtresses ; mais il en fallait plus pour décourager le tonton farceur. D’où des obsèques à grand spectacle, auxquelles se pressa le gratin du show-biz mondial, ravi d’applaudir un Charles Spencer s’en prenant à la presse et à la famille royale. Comme si la défunte ne l’avait pas utilisée, cette même presse, afin de mieux sur-vendre ses très superficielles et récentes actions humanitaires. Comme s’il confondait familles Windsor et Kardashian, alors que la reine, elle, estimait, en bonne Anglaise, que le chagrin privé a justement vocation à le demeurer. À ce sujet, prière de voir ou de revoir le magnifique film du pourtant très républicain Stephen Frears, The Queen, dans lequel il rendait un poignant hommage à Élisabeth II.
-
Nicolas Gauthier : Le summum du bon goût ? Elton John couinant son « Candle in the Wind » en pleine abbaye de Westminster ; ce qui fit dire à sa seigneurie Keith Richards, des Rolling Stones : « Elton John, cette vieille dame tout juste bonne à chanter pour des princesses mortes… ». Mais quand il n’y en a plus, il y en a encore et Charles Spencer se surpassa bientôt en voulant ouvrir une sorte de Diana Park dans sa propriété d’Althorp (95 balles l’entrée, tout de même), où le chaland pouvait marcher sur les traces de la disparue, même si elle n’y passa en tout et pour tout que quelques semaines de vacances. Ne manquait plus qu’un grand huit en Mercedes avec chauffeur affichant deux grammes dans chaque œil, et terminus dans une réplique du pont de l’Alma.
-
Nicolas Gauthier : De fait, le véritable drame de Diana Spencer, c’est qu’elle voulait bien épouser un futur roi, mais sans avoir à supporter les inévitables contingences de la charge. Le jour au palais de Buckingham et la nuit en boîte. Le cœur et l’argent du cœur. Elle voulait être de son temps et, comme Paris Hilton, que chaque jour soit son anniversaire. Être dans le vent, en quelque sorte ? Soit une ambition de feuille morte. C’est réussi. Car c’est bel et bien du vent, même paré de strass, qui sera célébré à la fin de ce mois. Vive Camilla !, conclut Nicolas Gauthier (voir lien vers source en bas de page).
-
Ainsi s'achève ce petit florilège d'infos glanées sur la toile ces jours-ci. L'abîme qui sépare les grands enjeux géopolitiques du temps présent des petites préoccupations politico-médiatiques demeure vertigineux. C'est l'été, certes, mais tout de même, quelle différence entre, d'une part, les réalités affrontées par Donald Trump, et d'autre part, les ridicules petits soucis politiciens !
-
Michel Garroté pour Les Observateurs
-
http://www.bvoltaire.fr/lady-diana-coeur-largent-coeur/
-

6 commentaires

  1. Posté par miranda le

    PUISSES-TU DIANA voyager en paix dans cette demeure immense que sont les cieux. Si les cieux nous accueillent. Car on aimerait y croire aussi.
    Explore tout ce que tu n’as pas pu explorer ici bas.

    Tu avais le droit à la maladresse. Pourquoi une personne royale ne serait pas fragile, faillible.
    Pourquoi te serais-tu plier à ce rôle hypocrite dans lequel on voulait t’enfermer
    .
    Tes larmes, tes moments de détresse, tes moments de joie, tes moments de beauté nous ont émus.
    Ce n’est pas un hasard si le peuple britannique t’a profondément aimée et t’a témoigné, lors de ton départ, toute son affection.
    Laissons les INTELLOS RUMINANTS mâcher et remâcher leur bêtise.

  2. Posté par Alberto Da Giussano le

    Pour nos amis suisses qui se font de la famille royale britannique une image idyllique telle que vue dans ‘’Point de vue image du monde’’ quelques petites précisions, tout à fait réelles et vérifiables sur celle-ci.
    Tout d’abord sur la Reine (à tout seigneur, tout honneur) Elisabeth II :
    – Non celle-ci n’est pas ce que sur cet excellent site nous considèrerions comme une ‘’patriote britannique’’ exemplaire ; elle a toujours donné toutes les preuves que son cœur balançait plus du côté des travaillistes et autres ‘’cosmopolites progressistes’’ (voir gauchistes) que ne serait-ce que d’un parti conservateur pourtant complètement acquis au mondialisme libéral à la sauce anglo-saxonne.
    – Non elle n’a jamais regretté l’immigration massive qu’a connu sous son règne la Grande-Bretagne … tout au contraire elle s’en est félicitée (et ceci est parfaitement documenté et vérifiable).
    – Bizarrement elle est persuadée de descendre non de quelque famille royale des royaumes anglo-saxons originelles mais carrément d’être une descendante en ligne directe du Roi David (israélite donc).
    – Ceci étant assez explicable quand l’on connaît le contexte protestant et maçonnique dont elle est le produit et en plus le pédigré son époux, Lord Mountbatten étant issu d’une famille, certes anoblie et très, très, puissante, les ‘’Battenberg’’ (anglicisé en ‘’Mountbatten) … mais famille ni très Catholique, ni même très Protestante à l’origine, mais ‘’Franckiste’’ :
    https://www.youtube.com/watch?v=W_Rx81qpGio
    Pierre Hillard sur le pouvoir de la famille royale d’Angleterre (À VOIR ABSOLUMENT !).

    « Les Rothschild … D’où que vous partiez, d’où que vous soyez, si vous remontez la filière du pouvoir financier et occulte, les chemins remontent toujours, même depuis Rome, à eux, c’est un mécanisme, en passant obligatoirement par le truchement de la famille royale britannique, et son Commonwealth, et celui du contrôle vacillant du religieux : Le Vatican.
    Savez-vous que la reine d’Angleterre dans le protocole, est devancée par une seule personne, le maire de la City, représentant officiel des Rothschild, derrière lequel, elle marche, tête baissée. »
    La Kate Middleton-Goldsmith étant, elle aussi d’origine ‘’mosaïque’’, la boucle est bouclée.
    Non décidément, quitte à rêver de restaurations monarchiques, seuls les ‘’Bourbon Parme’’ et les ‘’Bourbons de Naples’’ me semblent ‘’clean’’ (maintenant je peux me tromper tant les familles monarchiques, pratiquant le ‘’multiculturalisme matrimonial’’ – c’est-à-dire cherchant des mariages toujours plus exotiques pour des raisons d’hégémonie- sont dégénérées) …
    Mais il est tout de même permis de rêver, alors … Ah si seulement ces Bourbons-là pouvaient restaurer le Royaumes des Deux-Siciles !

  3. Posté par Loulou le

    Gouaille et mépris typiquement French. Ce pays qui a remplacé son roi par un bouffon élu tous les 5 ans, avec les pleins pouvoirs, vivant dans l’un des plus beau palais de cette époque honnie. Cette femme était une pauvre femme, ses « rapports sexuels réduits au strict minimum » devaient être perçus comme une chance par cette dernière vu la tronche de l’étalon. Le manque de considération, la lourde charge, Le protocole pesant et sans cesse présent. Il n’est pas donné à tout le monde de supporter pareille charge. En cela Elisabeth II restera la dernière représentante d’une époque désormais révolue. Le prochain stade sera de métisser ce trône, avec moult pressions populaires. Ce sera la condition pour que cet ancien ordre survive. On Le voit déjà par le mariage du futur roi avec une roturière.

  4. Posté par Gaston Siebesiech le

    Souvenons nous des jeux olympique de Berlin…..

  5. Posté par Gaston Siebesiech le

    Ce Français comme beaucoup d’autres détestent les anglais, c’est pas nouveau, et cela se sent, frustré qu’ils sont de vivre une sorte de royaume sans roi, Certe l’Enarquie en marche s’essaient avec une sorte d’empreur ou de maréchal ( des logis chef) qui veut faire de l’Europe son empire. Attendons il va bientôt accrocher son bras sous son gilet et va aller se prosterner au pied des pyramides en marche qu’ils est vers un plus grand destin!
    L’image de la maire socialiste Hidalgo et du président roi Macron assis sur deux trônes surélèves lors de sa visite à la mairie avec 800 vaseaux à leurs pieds est irréel et ridicule à la foi.
    Mais historiquement l’empire Britanique, le Commonwealth à survécu et est bien vivant alors que la France essaie de vouloir reprendre le leadership sur de l’UE devant l’Allemagne.
    L’Angleterre restera toujours et depuis des siècles une île à faire sombré pour la France.
    Les courbettes de la France dans les royaumes du golf inclu la quincaillerie militaire et les milliards du PSG contre des armes est peu ragoûtante. On pourrai croire que la France agît au nom de l’Europe!
    God save the Queen!

  6. Posté par Marie-France le

    Je vais faire l’avocat du diable..
    A la décharge de la pauvre Diana, il faut admettre qu’elle n’était pas gâtée avec son Charles de mari qui la faisait cocue au vu et su de toute la planète..
    Gauthier écrit qu’elle a voulu épouser un futur roi sans vouloir supporter les contingences d ela charge; ne croyez-vous pas que ce mariage a été arrangé par la famille royale ? Il fallait que leprince charles , à qui en principe devait revenir le trône ,ait une famille, une épouse pour donner une descendance à la monarchie. Ne pouvant épouser Camilla, Diana a fait office de poulinière.
    Et le soir, si Charles n’avait pas passé ses soirées – ses nuits- avec Camilla, peut-être Diana n’aurait pas passé les siennes en boîte.. De plus, difficile d’être la reine du cul quand on a un mari qui fait le minimum, sans conviction dans l’exercice de son « devoir conjugal », juste pour procréer..
    Monsieur pouvait aller prendre son pied ailleurs mais pas son épouse qui devait elle se comporter en future reine ! Comme si Charles, cet incapable se comportait en futur roi ! ( si sa mère, la reine Elisabeth l’en avait jugé capable, il y a longtemps qu’elle lui aurait remis le trône!
    C’est vrai, Diana ne s’est pas comportée avec classe comme doit se comporter une future reine,surtout d’Angleterre, mais je crois qu’elle avait des circonstances atténuantes.

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.