France. Terrorisme : deux islamistes soupçonnés de préparer un attentat… depuis leur prison.

france-islam

Deux islamistes radicaux, soupçonnés d’avoir préparé un attentat depuis leur cellule de prison, ont été mis en examen en fin de semaine dernière.

Ils s'appellent Charles-Henri et Maxime, et ils projetaient un nouvel attentat terroriste en France. L'un est Camerounais et est âgé de 28 ans et serait connu pour être un sympathisant de Daech. L'autre est un Français de 22 ans lui aussi islamiste radical. Leur particularité ? Ils étaient tous les deux emprisonnés à la prison de Fresnes (Val-de-Marne). Les deux hommes ont été placés en garde à vue pendant quatre jours, soupçonnés d'un projet terroriste, selon LCI qui révèle l'information ce lundi soir. Ce serait une première dans l’histoire de l’antiterrorisme français.

Des policiers de la DGSI (Direction générale de la sécurité intérieure) ont extrait de cellule lundi dernier les deux détenus dans le cadre d’une enquête ouverte par le parquet antiterroriste de Paris à la suite de soupçons d’une «action violente» imminente. Tous les deux ont été mis en examen par un juge d’instruction anti-terroriste ce vendredi, et de nouveau incarcérés.

Les «mécréants», la cible du futur attentat 

C'est une enquête qui ne date pas d'hier. A la suite de la fouille de la cellule de Charles-Henri M, en décembre 2016, les services de renseignements avaient retrouvé un téléphone portable dans lequel de nombreuses vidéos et conversations évoquant un projet d’assassinat contre «des mécréants». Ce prisonnier considéré comme une des figures de l'islamisme radical à Fresnes était également en contact, via des applications cryptées, avec au moins un djihadiste actuellement présent dans la zone irako-syrienne.

Les agents du renseignement français ont, au cours de plusieurs perquisitions dans les cellules des deux hommes, mis au jour de nombreux documents prouvant la volonté de monter un réseau de combattants en vue de commettre un acte terroriste, en recrutant notamment dans d'autres prisons. «Ces deux islamistes radicaux voulaient monter un groupe de combattants avec la volonté de monter en puissance par le biais de diverses actions, à l'extérieur de la prison, ciblant entre autres des policiers et des surveillants de prison», a par ailleurs expliqué à l'AFP une source proche de l'enquête.

Parmi les cibles possibles des deux terroristes présumés, le personnel pénitentiaire ou un commissariat après leur future libération. Une libération qui devait intervenir dans les 15 prochains jours pour les deux suspects. Incarcéré pour un braquage depuis 2013, Charles-Henri M. devait en théorie être relâché ce mardi. Son complice présumé, en prison depuis 2014 pour une tentative de meurtre, devait l’être la semaine prochaine. Toujours selon LCI, Charles-Henri M. aurait reconnu avoir pensé à commettre un attentat, sans plus de précisions.

Source

2 commentaires

  1. Posté par Sertorius le

    Pour ces voyous radicalisés, la prison est beaucoup trop genereuse. Ces gens la ne méritent pas notre pitié ou compassion. Il faut vraiment un tribunal militaire pour ces islamistes ainsi qu’ils puissant être abbatus sur le champs des que le jugement est rendu.

  2. Posté par Antoine le

    Pour un braquage commis en 2013, il devait être remis en liberté ce mardi (10 octobre 2017). La peine est TRÈS légère pour un braquage (4 ans …). Il doit y avoir des remises de peines.
    Des juges TRÈS complaisants vont remettre en liberté ce genre de racaille … inconscients !
    On observe encore une fois que ce genre d’individu radicalisé reste DANGEREUX pour la société.
    Soit il reste en prison, soit on les EXPULSE à vie de l’Europe.
    Les gardiens de prisons ont du boulot : on trouve même des téléphones portables en cellules .. Il manque la fouille hebdomadaire !! Au boulot les gardiens et que ça saute !!

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.