Remis de ses blessures, Rachid Nekkaz défile avec un masque à Vienne contre l’interdiction du niqab

post_thumb_default

 

L'homme d'affaires algérien ayant renoncé à sa nationalité française en 2012, Rachid Nekkaz, a défilé le 9 octobre à Vienne aux côtés des manifestants opposés à la loi autrichienne qui interdit de masquer son visage dans l'espace public depuis le 1er octobre.

Le millionnaire et activiste entendait ainsi réaffirmer son soutien aux femmes qui souhaitent continuer à porter le voile islamique intégral dans les pays européens l'interdisant au sein de l'espace public.

Prévenu par Sebastian Kurz...

Il a donc choisi de dissimuler lui-même son visage avec un masque d'Halloween et un portrait de Sebastian Kurz, le ministre autrichien des Affaires étrangères qui avait annoncé des sanctions à son encontre s'il devait se rendre coupable «d'incitations à commettre un délit».

... l'activiste relève le gant

Avec le ton provocateur qui le caractérise, Rachid Nekkaz ne s'est pas laissé impressionner par la menace du ministre à son égard et a même choisi de souligner le message initial de son action en Autriche.

Des billets de 100 euros accrochés à son masque de fortune semblaient rappeler que le millionnaire s'était engagé en septembre à payer toutes les amendes des musulmanes sanctionnées par la maréchaussée autrichienne. Rachid Nekkaz a d'ailleurs déclaré avoir déjà déboursé 300 000 euros en ce sens dans plusieurs pays, notamment en France.

Selon une déclaration de la police viennoise, citée par l'agence Associated press, le richissime manifestant algérien, verbalisé sur place par les forces de l'ordre, a dû se séparer d'un des billets qui ornaient son masque pour payer une amende de 50 euros en espèces.

Rachid Nekkaz s'est vite remis de sa dernière bagarre

Grand amateur de polémiques, Rachid Nekkaz a récemment eu un violent différend à Neuilly-sur-Seine avec un homme présenté comme un membre de la famille d'Amar Saadani, un haut responsable algérien. 

Le 6 octobre, il avait filmé une grande partie de cette impressionnante altercation qui lui avait coûté une fracture du nez et l'avait mise en ligne sur le champ. Il était en train de préparer une manifestation devant la résidence d'Amar Saadani qu'il accusait de profiter d'un bien immobilier «mal acquis», lorsque la bagarre a eu lieu.

L'activiste s'est également illustré au printemps en organisant une baignade en burkini en plein festival de Cannes 2017.

Lire aussi : Rachid Nekkaz veut régler les amendes des Autrichiennes en burqa

 

Extrait de: Source et auteur

Suisse shared items on The Old Reader (RSS)

3 commentaires

  1. Posté par Marylin le

    Hé Rachid Nez Cassé (Nekkaz)! C’est dingue et jouissif que tu te fasses péter la tronche à Paris par un de tes compatriotes! C’est bien fait!!
    (Désolée les amies et amis du site, mais je suis toute la semaine sur Fribourg, entourée de bobos vieillissants, qui ne voient toujours pas le train leur fonçant dessus malgré les arguments. Désespérant! Ai tué une bouteille de rouge. Cherche nouvelles amies et nouveaux amis ayant les mêmes affinités .

  2. Posté par Fripouille le

    Il en redemande le bougre ………….pas tapé assez fort la première fois
    Un conseil avec un fer à cheval il serait rentré dans sont pays de sous hommes

  3. Posté par Diane le

    Magnifique : votons oui à l’interdiction de la burqa, prévoyons des amendes qui doublent à chaque récidive, et M Nekkaz sera bientôt ruiné, tandis que les caisses de l’état se rempliront. J’aimerais vois M.Nekkaz militer pour le droit des femme d’Afganistan à sortir sans burqa, et sans être accompagné par un homme.

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.