Antiraciste mais antisioniste ? Danièle Obono plombée par sa proximité avec le PIR

post_thumb_default

 

Le refus par Danièle Obono de condamner clairement le Parti des indigènes de la République et sa fondatrice controversée, Houria Bouteldja, pourrait bien lui coûter cher. «Je ne suis pas d'accord avec tout ce qu'elle dit, mais c'est une militante antiraciste [...] Je considère Houria Bouteldja comme une camarade, parce qu'elle fait partie de ce mouvement-là», argumentait ainsi Danièle Obono le 5 novembre 2017 au micro de Radio J, refusant ainsi de désavouer une Houria Bouteldja.

La fondatrice du PIR est connue notamment pour sa dénonciation du «colonialisme blanc» et du racisme, mais qui affiche également des positions clairement critiques à l'égard d'Israël que d'aucuns assimilent à de l'antisémitisme. «Les juifs sont les boucliers, les tirailleurs de la politique impérialiste française et de sa politique islamophobe», affirmait par exemple celle-ci en mars 2015, entre autres prises de positions polémiques.

Aussi, dès le lendemain 6 novembre, la pression s'est-elle encore accentuée sur Danièle Obono, Jean-Luc Mélenchon et La France insoumise (LFI), alors que la Licra – association de lutte contre le racisme et l'antisémitisme – entrait solennellement dans l'arène. Succédant à Alain Jakubowicz, Mario Stasi a inauguré son premier jour à sa tête de l'organisation en envoyant une lettre à Jean-Luc Mélenchon, visant nommément Danièle Obono, qualifiant le PIR de «groupuscule extrémiste» et évoquant enfin «une doctrine exclusivement vertébrée par le racisme et son obsession des juifs».

«Il est urgent de sortir de l’ambiguïté, fût-ce au détriment d’une stratégie électoraliste faite sur le dos des valeurs les plus essentielles de notre République», écrivait-il alors également sur Facebook, ajoutant : «Je lui demande de clarifier publiquement sa position et celle de son parti.»

Jean-Luc Mélenchon peu loquace

Ce 7 novembre, Jean-Luc Mélenchon n'avait pas encore donné suite à la demande de la Licra. Mais la mise en demeure pourrait bien révéler les lignes de fractures qui parcourent LFI, qui compte aussi dans son électorat une gauche plus historique, pro-palestinienne et critique à l'égard d'Israël. En 2014, alors co-président de ce qui était le Parti de gauche, Jean-Luc Mélenchon fustigeait sans ambages l'intervention militaire d'Israël dans la bande de Gaza. Il s'en était notamment pris avec virulence à l'organisation ayant vocation à représenter les juifs de France, le Crif. «Nous ne baisserons pas les yeux. Je voudrais dire au Crif que ça commence à bien faire : les balayages de rayons paralysants», avait-il lancé, sous les applaudissements d'Alexis Corbière et Adrien Quatennens, aujourd'hui députés LFI.

Pour autant, la mise en demeure de la Licra semble commencer à produire ses effets. A défaut de s'exprimer lui-même, Jean-Luc Mélenchon a partagé sur Facebook le post d'un responsable du Parti de gauche, Elliot Aubin, condamnant les idées du PIR. Thomas Guénolé, politologue médiatique proche de LFI, a plus directement désavoué Danièle Obono. «Les propos de la députée [...] sur Houria Bouteldja n'ont aucun rapport avec le projet de LFI. Donc, ils n'engagent qu'elle», a-t-il jugé sur Twitter.

Lors d'une conférence de presse le 6 novembre, Manuel Bompard, directeur des campagnes de LFI a tenté de désamorcer la polémique, soulignant que Danièle Obono ne rejoignait Houria Bouteldja que sur l'antiracisme. «LFI a été le mouvement qui a été le plus clair sur tous ces sujets depuis le début», a-t-il plaidé devant les journalistes, qualifiant les propos de Danièle Obono de «position individuelle».

La France insoumise fissurée ?

De fait, les déclarations de Danièle Obono mettent La France insoumise dans une position délicate, surtout après les échanges peu amènes entre Jean-Luc Mélenchon et Manuel Valls en octobre 2017. Le leader de La France insoumise avait notamment reproché à Manuel Valls d'être proche de «l'extrême droite israélienne». L'ex-Premier ministre avait qualifié pour sa part Danièle Obono d'«islamo-gauchiste».

Aussi, ce même 6 novembre, la députée LFI a tenté d'éteindre l'incendie en publiant une «mise au point» sur Facebook et Twitter.

Danièle Obono y réaffirme que son seul programme est celui de La France insoumise. «Continuons à agir ensemble, chaque jour, partout, pour défendre une République plus juste et plus digne», martèle encore l'Insoumise. Cette mise au point vise notamment à convaincre ses détracteurs. Mais suffira-t-elle à convaincre son propre camp ?

Lire aussi : Emmanuel Macron : «Nous ne céderons rien à l'antisionisme, forme réinventée de l'antisémitisme»

 

Extrait de: Source et auteur

Suisse shared items on The Old Reader (RSS)

5 commentaires

  1. Posté par poulbot le

    @odin29 : Les Français de souche les intéresses uniquement pour l’argent qu’ils peuvent leurs extorqués jusqu’a les ruinés totalement les obligeants a vivre alors dans la rue . Tout ces rastacouers sont a renvoyer le plus rapidement dans leur bled.

  2. Posté par Aude le

    Houria 73e de la lignée des 72 autres, le repos des guerriers d’Allah, est parachutée en France via la famille de souche algérienne car née à Constantine.
    Elle a largement profité du sytème français d’etudes et tous les avantages liés à la nationalité française.
    Le serpent a été très bien nourri. Anti-Blanc, Antisémite, antisioniste, christianophobe, elle n’aurait eu aucun remord à mettre les francais hors de France. C’est un ramassis de racisme en tous genres.
    Sa sœur jumelle c’est Obono et sa représentation au niveau du parlement français.
    La Licra a fort bien compris le manège et toutes les allégations de celle-ci devant l’Assemblée Nationale.
    A croire, selon Obono que la radicalisation de l’islam n’existe pas. Que la manif pour tous est un parti extrémiste et hop l’ancien testament par dessus le marché. Malgré sa grosse gueule du politiquement correct, rien ne passe plus.
    Obono est dans la trappe des journalistes des merdias. La toile d’araignée se tisse, le gros moucheron est pris. Et c’est tant mieux. Bon débarras. Sa chute est prochaine, La Meluche ne pourra l’éviter au risque dans subir les conséquences.

  3. Posté par odin29 le

    Le Taz-Bussy…vous avez parfaitement résumé la situation, je ne saurai mieux dire.
    Ils viennent chez nous laver leur linge sale entre eux, les Français de souche ne les intéressent pas.

  4. Posté par Le Taz le

    Voilà ce qu’est devenue la France, des juifs qui accusent une africaine d’antisémitisme car elle défend une muslamane qui accuse les juifs d’être islamophobes. C’est cela l’enrichissement culturel??? J’ai envie de dire: et les français de souche dans tout ça?

  5. Posté par Bussy le

    Mais qu’est-ce que ces Bonobo et autres Bouteldja font en Europe ? Elles y sont malheureuses au beau milieu de ces salauds de blancs racistes, qu’elles dégagent, qu’elles retournent coloniser leur bled pourri !

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.