Quand Jean-Claude Juncker vient relever les compteurs

Yvan Perrin
Ancien Conseiller national
juncker-leuthard

On ne s'en rend pas immédiatement compte mais les politiciens fédéraux sont des gens méritants. Ils mettent de façon plus ou moins désintéressée leurs immenses compétences au service de notre pays. Leur tâche est le plus souvent ingrate car ils ne disposent pas toujours de la latitude nécessaire pour donner le meilleur d'eux-mêmes, devant parfois tenir plus ou moins compte de l'avis du peuple. Et c'est fâcheux. Il arrive que la populace bornée, confrontée aux soucis du vulgaire, n'ait pas la vision globale des enjeux. Comme le dit Gabin dans le Président, on a une mauvaise vue d'ensemble quand on voit les choses de trop près. Là où le Conseil fédéral et le parlement voient Europe, le quidam voit dumping salarial, chômage, oukases liberticides, crime vagabond et asile à tout va. Comme le dit Gabin toujours : "Nous ne parlons forcément pas de la même Europe". Cette divergence de vue complique bien évidemment les rapports que la classe politique veut entretenir avec l'eurocratie, soucieuse qu'elle est de frétiller dans la cour des puissants. Nous avons pu le constater avec l'initiative du 14 février 2014 visant à lutter contre l'immigration de masse. Le citoyen a égoïstement pensé à lui et choisi de limiter l'accès à notre marché du travail. Horreur ! Comment expliquer cela à Bruxelles ? Comment faire comprendre à l'illustre aéropage que la démocratie directe présente un inconvénient majeur, à savoir permettre au peuple de s'intéresser à ce qui le concerne ? Après une visite à Bruxelles pour prendre leurs instructions, nos politiciens ont tout bonnement choisi d'ignorer la volonté populaire, félonie saluée par la Commission européenne fort satisfaite de voir que ses laquais étaient prêts à trahir pour complaire.

Cela ne suffisait pas. Le choix populaire du 14 février constituait un tel affront qu'il fallait faire plus pour s'excuser envers Jean-Claude Juncker et ses sbires. La majorité du Conseil fédéral a donc choisi de faire payer la population pour sa décision erronée. Il faut en effet punir ces hommes et ces femmes qui prétendent savoir ce qui est bon pour eux. Le gouvernement va donc nous faire les poches et y soutirer un milliard trois-cents millions de francs qui seront généreusement distribués au sein de l'Union européenne. Bien évidemment, il eût été vulgaire de négocier la moindre contrepartie, pareille largesse se doit d'être désintéressée. Un beau cadeau bien dans l'esprit gauchiste toujours généreux avec l'argent des autres. Le parti socialiste ne s'y trompe d'ailleurs pas, qui applaudit à tout rompre, soulignant la bonne affaire que fait la Suisse.

Au-delà du montant que le contribuable aura à régler, cette affaire met une nouvelle fois en lumière l'inféodation préoccupante de notre classe politique vis-à-vis de Bruxelles. Nos élus, dans leur immense majorité, ont clairement démontré qu'ils préfèrent les intérêts de l'Union européenne aux nôtres, qu'ils placent l'humeur des eurocrates au-dessus de la démocratie suisse. Les mamours entre Doris Leuthard et Jean-Claude Juncker constituent un magnifique bras d'honneur aux citoyens suisses à qui la présidente de la Confédération fait savoir qu'ils sont priés de fermer leur bouche et d'ouvrir leur porte-monnaie. C'est une leçon à un milliard trois-cents millions. C'est une leçon dont il faudra se souvenir en 2019, à l'occasion des élections fédérales.

Yvan Perrin, le 25 novembre 2017

24 commentaires

  1. Posté par Gabrielle le

    Tirebouchonman est venu voler l’argent des contribuables, pas consultés, devant un CF culottes baissées et tout frétillant de faire plaisir à Jeannot. Quelques jours plus tard, on apprend que l’UE nous balance sur liste grise alors que le Luxembourg de Jeannot, pourtant bien pourri de magouilles financières, n’y figure bizarrement pas… La prosternation du CF n’aura servi à rien sinon à nous dégoûter un peu plus de leurs agissements de plus en plus en notre défaveur. Un CF intelligent serait aujourd’hui dans ses petites godasses…

  2. Posté par Aline le

    C’est l’histoire du proxénète et de la péripatéticienne!

  3. Posté par Pierre le

    Depuis longtemps Geneve avait déjà tout compris et installé les « gagneuses » à la rue de Berne! C’est là aussi, que l’argent va majoritairement à des ressortissantes des pays de l’Est!
    Mais bon tant qu’à se faire vider les bourses!

  4. Posté par Dede le

    Excellent texte, un de plus! On fait quoi maintenant? On paye et la caravane passe?

  5. Posté par Mescolles le

    Si j’ai bien compris cet argent est sensé aller aux pays de l’est de l’UE, soit au Visigrad, les seuls qui donnent espoir à cette UE par leur attitude de défense envers Bruxelles et qui forment un rempart à l’invasion des immigrés musulmans. C’est peut-être là une légère consolation! Marrant c’est la gauche qui veut absolument ouvrir les frontières et qui caresse l’UE dans le sens du poil en se faisant relever nos compteurs gratuitement ; et l’argent de ces compteurs va aller rejoindre ceux qui veulent, à juste titre, fermer leurs frontières pour se protéger. Merci à la gauche, de donner de l’espoir à ceux-là même qu’ils combattent! Déjà que les grands patrons et la haute finance remercient cette même gauche de leur offrir des excellentes marges et dividendes par l’usage légal d’employés sous-payés provenant de cette même ouverture des frontières, les charges et déboires inhérents étant toujours et bien évidemment à la charges de l’Etat et donc de nos impôts. Grâce à la gauche, les grands patrons s’enrichissent en allant chercher légalement la mains-d’œuvre la meilleure marché et les ouvriers s’appauvrissent par l’augmentation des impôts devant subvenir aux surcoûts liés à l’ouverture des frontières (augmentation du chômage, du social, de la création d’infrastructure supplémentaire, de la surpopulation etc.)!

  6. Posté par Le pragmatique le

    Joli cadeau pour l’alcolo de Bruxelles.

  7. Posté par Eliska Vytlacil le

    C’est scandaleux! Nous ne faisons pas la partie de l ‘ EU, nous avons tous les inconvénients mais aucun avantage. Les pratiques d’union? Raquette, chantage, ne sont pas les qualificatifs que je utiliserai pour nommer l’amitié.

  8. Posté par Hans C. le

    La manière quasi-lascive qu’a cette traitresse d’embrasser le chef de la maffia bruxelloise est absolument indécente. Cette femme n’a aucune dignité. Ahhh, les femmes au CF : l’histoire d’une bérézina pour la Suisse !

  9. Posté par Peter K le

    Excellent billet M. Perrin, il aurait peut-etre fallu que vos deputes udc manifestent lors de cette ceremonie et empechent le maquereau et sa p….de parader ainsi en public, mais le courage leur manque, ne parlons meme pas de vos deux incapables du cf, et gardons respect pour les filles de joie, elles nous donnent du plaisir, contrairement aux viperes du cf!

  10. Posté par Christian Hofer le

    A-t-on jamais vu un pays à genoux d’une telle manière? Qui va donc respecter une Suisse qui se prosterne pareillement? Personne. C’est un message qui va encore plus loin que la trahison de nos élites. C’est le fait même que notre CF reconnait comme souverain non plus le peuple à qui il a des comptes à rendre mais bel et bien l’UE.

    Visiblement, Kadhafi avait visé juste en humiliant nos CF en long et en large. Il savait parfaitement à qui il avait affaire.

    Jean-Claude Juncker ne s’y trompe d’ailleurs pas en déclarant  » qu’il s’agissait d’une décision unilatérale souveraine. » Voilà comment l’alcoolique perçoit les choses: la Suisse est assez conne pour s’y soumettre sans contrepartie, tant pis pour elle!

    http://www.20min.ch/ro/news/suisse/story/29359141

    Mais on retrouve ce manipulateur en train de noyer le poisson en clamant que l’accord cadre qui nous emprisonnerait totalement est un traité d’amitié:

    « Le terme d’accord cadre est horrible, il s’agit en fait «d’une sorte d’un traité d’amitié entre la Suisse et l’UE». »

    http://www.20min.ch/ro/news/suisse/story/29359141

    Enfin, il finit en soulignant que le « milliard de cohésion est une vieille histoire ». La Suisse qui se fait gruger sans contrepartie c’est évidemment banal, normal. L’UE a une telle habitude de nous prendre pour des imbéciles et nous voler vous comprenez…

    http://www.20min.ch/ro/news/geneve/story/30639089

    On comprend mieux pourquoi Leuthard a choisi la venue de ce voleur pour offrir un tel cadeau: elle savait pertinemment que le peuple y serait opposé, elle a manipulé notre peuple et nous a volés. Dans un pays de justice, une telle femme serait en prison.

  11. Posté par Jacques le

    Cher Yvan Perrin
    Votre sens de l’humour n’a d’égal que le désopilant cartoon publié par Gut en page 12 de la NZZ de ce samedi. Plutôt surprenant de trouver cela dans les pages de la « Alte Tante » europhile !

  12. Posté par Amarillys Taylor le

    Quelle déchéance de ce conseil fédéral qu’un jour nous inspirait de la confiance! Ces jours sont finis car ils se comportent comme les prédateurs bourreaux du peuple qu’ils trahissent quand ils décident que eux, la gauche, sait mieux que le peuple ce qu’il veut et mérite. La prochaine fois votons pour ceux qui nous défendent, pour ceux qui connaissent la valeur de l’argent sorti de nos poches et surtout pour ceux qui respectent le mandat que nous leur avons confié.

  13. Posté par Grizzly le

    Doris La Tarte et son parti de girouettes affolées pratiquent la démocratie crétine, celle qui désormais consiste à vassaliser notre pays et à l’inféoder aux eurocrates. Vous voyez juste, M. Perrin, en dénonçant l’odieux commerce d’indulgences du gotha politique suisse avec les baillis de Bruxelles, mais que fait votre parti? Pourquoi ses deux Conseillers fédéraux cautionnent par leur silence ce méprisable deal fait sur le dos du peuple, cette rançon somptuaire sans contrepartie. Il serait peut-être temps de revaloriser des idées citoyennes, plutôt que clientélistes, et pour les élections de 2019 de remplacer nos pitoyables administrateurs de SA par d’authentiques politiciens. Saurez-vous l’assumer et entrer dans une politique claire d’opposition au bloc de la médiocratie socialisante si vous obtenez une majorité en 2019?

  14. Posté par Julie Rochat le

    Monsieur Perrin, j’adore vous lire, merci ! Votre esprit d’analyse agrémenté d’une bonne dose d’humour font mouche à chaque fois, un vrai bonheur ! Le CF nous enfume chaque jour avec des décisions stupides et des coups de poignard dans le dos, mais pourquoi nous détester à ce point ? Je rêve d’un miracle qui permettrait de destituer tous ces incapables d’un coup ! Si seulement si seulement….

  15. Posté par Antoine le

    Votre plume bien affûtée, Monsieur Perrin, remet les choses en place et leur contexte.
    Notre CF est à limoger, surtout Mme Sommaruga (PS) qui n’a pas prêté serment lors de son investiture. De plus, comme elle fait partie du NOMES (Nouveau Mouvement Européen Suisse), elle envoie des coup de couteau dans le dos des citoyens.
    Nous sommes le PEUPLE, les fourches et les faux sont prêtes !

  16. Posté par Pierre H. le

    Paraît-il que cet argent est pour l’Europe de l’Est… Bien sûr les populations de ces Nations n’en verront jamais la couleur, ni même leurs gouvernants dit populistes, d’ailleurs. Non, cet argent ira dans les poches des europhiles de ces Nations et autres sbires de Soros afin qu’ils puissent avoir les moyens financiers de détruire les Nations nommées pour les soumettre à Bruxelles !

  17. Posté par G. Vuilliomenet le

    @ Sergio

    Il me semble que vous faites erreur en écrivant « Lorsque le maquereau Junker vient relever les compteurs des ses deux gagneuses à Berne », il me semble que vous avez sûrement voulu dire « gueuses » à la place de « gagneuses ».

  18. Posté par Marcasin le

    Et cette façon indécente de s’abandonner presque amoureusement dans les bras de notre pire ennemi .

  19. Posté par Le Taz le

    Entre francs-macs on s’entend pour racketter les peuples…

  20. Posté par Sergio le

    Nous avons mal voté. Mea culpa, mea maxima culpa. Lorsque le maquereau Junker vient relever les compteurs des ses deux gagneuses à Berne, on se demande qui joue le mieux son rôle. Dans « danse avec les stars, on reconnait toujours l’amateur.rice. Ici, c’est impossible. À ne point en douter, ce sont tous.tes des professionnels.elles.

  21. Posté par G. Vuilliomenet le

    A part les Services industriels, et encore, aujourd’hui c’est l’abonné qui procède à l’opération, je ne vois que les maquereaux (ou les maquerelles) qui viennent relever les compteurs des filles de joie que soi-disant ils protègent.

  22. Posté par DougleG le

    Bravo, Mr Perrin, merci pour vos messages ô combien à propos.
    Vous démontrez admirablement que le fait d’être Chrétien n’exclut pas le combat contre la vague nauséabonde qui menace de nous engloutir. Vous savez en toute certitude Qui aura le dernier mot, Celui qui est la Parole qui a été faite chair,
    Bon rétablissement, Shalom!

  23. Posté par Schwander Dominique le

    De plus nous avons au Conseil fédéral une présidente femme objet, cette Doris Leuthard qui cherche à plaire à Jean-Claude Juncker. Pas étonnant que, confronté quotidiennement à ces étrons pourrissants que sont tant de nos élus, dont cette coquette en adoration à genoux devant la commission de l’UE, le citoyen moyen se sente perdu, désécurisé, frustré, exploité financièrement, appauvri, pris en otage et abandonné par de traîtres élus.

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.