Censure sur Internet sur ordre de l’Etat allemand et plaintes pénales : Béatrice von Storch continue le combat.

AfD_ImageNeutreSlogan

Censure sur Internet sur ordre de l'Etat allemand et plaintes pénales : Madame von Storch continue le combat.

 

Nous avons relaté que la politicienne de l'AfD Béatrice von Storch, tout comme la co-présidente du parti Alice Weidel, avait eu ses comptes Facebook et Twitter bloqués. Elle était ainsi victime de la nouvelle loi de censure allemande rappelant les méthodes du nationalisme et du communisme stalinien (https://lesobservateurs.ch/2018/01/02/grave-grave-nouvelle-loi-sur-linternet-lallemagne-retrouve-en-2018-la-censure-des-regimes-totalitaires/). La police de Cologne ayant par ailleurs porté plainte contre elle pour incitation à la haine, un avocat de Ratisbonne a maintenant réagi, car il est punissable de porter plainte contre quelqu'un pour des motifs inexistants. Il a déposé une plainte pénale contre le commandant de la police de Cologne, qui devra donc lui aussi passer au tribunal. Madame von Storch, quant à elle, est bien décidée à continuer le combat.

 

http://www.journalistenwatch.com/2018/01/03/beatrix-von-storch-getroffene-hunde-bellen-jetzt-folgt-der-konter-gegen-linken-denunzianten/

 

Traduction (Claude Haenggli) : "La police de Cologne obéit à des ordres politiques lorsqu'elle porte plainte contre moi. Les partisans du Multikulti s'y joignent évidemment. Mais je ne me laisserai pas réduire au silence. Ni par Merkel, ni par Maas, ni par les extrémistes de gauche qui s'acharnent contre l'AfD. Ceux qui portent plainte contre moi parce que je désigne des hordes agissant en groupe pour violer protègent ces criminels et font cause commune avec eux."

 

Claude Haenggli, 3.1.2018

 

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.