France: Une responsable d’Amnesty International poursuivie pour aide aux migrants

FRANCE-ITALY-EUROPE-MIGRANTS-JUSTICE

Martine Landry, 73 ans, aurait facilité la venue en France de deux mineurs isolés Guinéens venus d'Italie. Jugée ce lundi devant le tribunal correctionnel de Nice, elle risque jusqu'à cinq ans d'emprisonnement et 30.000 euros d'amende.

Tout s'est passé deux jours après la mise en examen de Cédric Herrou pour aide à l'immigration clandestine. Le 28 juillet dernier, deux migrants guinéens, venus d'Italie, sont arrivés à la frontière franco-italienne pour rejoindre la France. Ces mineurs isolés, âgés de 15 et 16 ans, ont expliqué leur situation aux policiers italiens. Ces derniers les ont renvoyés, à pied, vers le poste frontière français. S'y trouvait alors Martine Landry, membre d'Amnesty International et de l'Association nationale d'assistance aux frontières pour les étrangers (Anafé). Jugée ce lundi devant le tribunal correctionnel de Nice, cette militante de 73 ans est accusée d'avoir «facilité l'entrée» de ces mineurs en situation irrégulière sur le sol français, selon l'acte d'accusation, consulté par Le Figaro. Elle les aurait «pris en charge et convoyé pédestrement du poste frontière côté Italie au poste frontière côté France», précise le document.

L'article L622-1 du Code de l'entrée et du séjour des étrangers et du droit d'asile.

Contactée par Le Figaro, Mireille Damiano, l'avocate de la septuagénaire, demande la relaxe pure et simple de sa cliente. «Il n'y a pas d'infraction, pas de délit de solidarité», assure-t-elle. «Martine Landry a accueilli ces jeunes une fois qu'ils avaient franchi la frontière, mais ne les a pas accompagnés d'Italie jusqu'en France. Elle se trouvait derrière le panneau “France”», conteste-t-elle. Et d'ajouter: «On est totalement surpris. Ma cliente a été entendue le 31 juillet par la police aux frontières de Menton. On a détaillé les raisons pour lesquelles elle se trouvait là: elle a accueilli ces mineurs pour leur permettre d'intégrer le circuit de l'Aide sociale à l'enfance (ASE)». Selon l'avocate, les deux jeunes Guinéens avaient été repérés par les autorités françaises quelques jours plus tôt lors de perquisitions effectuées au domicile de Cédric Herrou, où ils ont été logés pendant un temps. Leur minorité n'a «jamais été contestée», affirme-t-elle. Après être revenus en France, ces jeunes gens ont bénéficié de l'ASE.

Précédents

Ces poursuites interviennent dans un contexte de pression migratoire inédite. Selon la préfecture des Alpes-Maritimes, 50.000 étrangers en situation irrégulière ont été interpellés en 2017 dans les Alpes-Maritimes. Martine Landry, elle, a pour habitude d'intervenir à la frontière franco-italienne. Chargée d'une mission d'observation en zone d'attente pour Amnesty International, elle participe également aux actions militantes de conseil aux demandeurs d'asile et d'accompagnement dans l'accès à leurs droits. Selon Amnesty, l'aide qu'elle a apporté aux migrants ce 28 juillet ne relevait «pas strictement» des missions évoquées ci-dessus. En revanche, son action «ne contrevient absolument pas à nos principes et nos recommandations sur cette question», ajoute l'association.

Source et article complet

12 commentaires

  1. Posté par Maximus le

    le monde est hypocryte et con, d’accord elle est coupable et c’est évidement une idiote utile au grand remplacement
    on la juge parce qu’elle aurait facilité la venue en France de deux mineurs isolés Guinéens
    alors que les élites en font venir des millions !
    n’a t’elle pas été dans le sens des adorateurs de migrant ?

  2. Posté par Michel le

    Cette vieille dame indigne faisant le choix de la misère exotique plutôt que locale nous montre l’état de décomposition de notre société, voulu par ses dirigeants.
    Oh solidarité, que de crimes ces gauchos, commettent en ton nom…
    Elle va passer devant un juge rouge qui la proposera pour la légion d’honneur !

  3. Posté par rikiki le

    Jouer au passeur à cet âge c’est navrant et tout ça pour les amener à l’aide sociale. Contribuer à appauvrir son pays alors que c’est de sa retraite qu’elle s’entretient. Et ce n’est même pas sûr qu’elle a participé à sa caisse de retraite!

  4. Posté par aldo le

    J’ai ma mère qui est du même genre […], reconvertie bonne conscience d’associations qui vident nos poches après avoir dû vider les burettes de nombreux types dans toutes sortes d’aventures. Un précurseure de la Lolita ? Elle a préféré m’abandonner dans des mains peu recommandables, pour courir les mecs et vraisemblablement les feignasses, largement inspirée par les « chef-d’oeuvres » de la littérature… comme de Beauvoir et son louche comparse. Aussi je ne vois pas comment ces salopes devenues mémères à chien-chien, après une vie dissolue, ne peuvent pas continuer leur parcours, en se tapant des nègres chien-chien qui branlent de la queue sur commande et tendent la patte pour le viagra. Ce sont là les bons petits côtés non déclarés de la bonne conscience. C’est encore un silence hypocrite des médias gauchistes téléguidés qui nous imposent « Balance ton porc » mais pas « Balance ta salope ». Commençons par BALANCE NO-BILLAG LA, C’EST OK !

  5. Posté par Antoine le

    Les juges de gôche vont la relaxer purement et simplement.
    C’est écrit comme du papier à musique.
    Il faudrait arrêter d’amuser la galerie avec des actes provenant de personnes qui devraient être dans un asile pour personnes âgées …

  6. Posté par JeanDa le

    Une vieille cruche gâteuse et bien-pensante. Et une responsable d’amnésie internationale ????
    Ça donne une bonne idée de l’état mental des cadres de cette organisation financée par georges soros ….

  7. Posté par Dupond le

    Cette vieille dame n’a surement jamais rendu service a quelqu’un dans la misere dans son proche environnement ….il lui faut paraitre et s’afficher en bienfaitrice de l’humanité . Nous tous avons pitié de ces pauvres gens qui déambulent dans les rues de Marseille déçus d’un éldorado que la parabole leur avait fait miroiter là bas au fond des montagnes de l’atlas et qui croupissent d’asile de nuit en passant par le camions des restos du coeur avec peu d’espoir d’ascension dans l’échelle sociale déja saturée par la misere locale . La condamner ne servirait a rien car ses lunettes sont sélectives !!! il suffit juste de la mettre au rancart et de lui filer un coup de baton sur la tete dés qu’elle bouge

  8. Posté par bigjames le

    Participer volontairement à l’invasion de son propre pays mériterait bien plus que la peine ridicule qu’elle encoure.
    Ce serait ma mère, je lui refilerais des tartes.
    Pour mise en danger de ces petits enfants !

  9. Posté par bigjames le

    Vieille gourde irresponsable.

  10. Posté par Bussy le

    De toute façon, si elle était condamnée à une amende de 30’000 euros, c’est Amnesty qui les paierait, donc en fait l’amende serait payée par les donateurs et contribuables finançant les subventions reçues par Amnesty…..
    Quoiqu’ils fassent, les Européens paient pour être envahis !

  11. Posté par Claire le

    Il est peu probable que les juges rouges la condamnent. Au contraire, toute la bien-pensance et les médias ne peuvent qu’approuver ces idéologues stupides et dangereux qui contribuent largement à la destruction de notre civilisation.

  12. Posté par Marcassin le

    Cinq ans d’emprisonnement et 30.000 euros d’amende ?
    Mon oeil.
    Relaxe pour les traîtres.
    Le nouvel ordre mondial est En Marche !

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.