No Billag. Les gauchistes des sciences sociales et politiques internationales au secours de la nomenklatura médiatique suisse.

panique_TypeAuTel_mauvaisesAffaires

ndlr. Il n’y a évidemment aucune chance que quelques miliardaires s’emparent des médias suisses comme en France et un OUI à No Billag ne sifflera nullement la fin du Service dit public suisse. Mais comme dit tout est et sera bon pour garder le monopole et les privilèges indignes d’un pays démocratique.
Nous voulons simplement un vrai pluralisme et une authentique concurrence et un soutien beaucoup plus important aux TV et radios locales et régionales. Et cela viendra si c’est OUI.

10 commentaires

  1. Posté par Polo le

    @Aldo : Merci pour l’info et les références.
    J’ignorais que le statut scandaleux « d’intermittent du spectacle » existait en Suisse ! Une escroquerie à l’assurance chômage pour branleurs gauchistes (pléonasme). Quant aux binationaux, j’imagine la méthodologie : jouer sur les 2 tableaux !

  2. Posté par Fanfouet le

    Quel bonheur de constater la trouille des Âaartistes et autres suceurs de subventions ! Et quand on voit dans la liste des 5’000 tremblotants l’ineffable Melgar, on ne peut qu’être convaincu de voter OUI à NoBillag ! Un ramassis de gauchistes, donneurs de leçons, imbus d’eux-mêmes, persuadés d’être de futurs Van Gogh, Mozart et Spielberg, alors qu’ils ne sont que des mendiants pitoyables, avides de subsides, commandes étatiques, cadeaux et subventions.
    Je ne suis pas allé consulter la liste des signataires, mais je ne serais pas étonné d’y trouver par exemple Thomas Hirschhorn, que Pro Helvetia sponsorisa pour son exposition abjecte de 2004 au Centre Culturel Suisse à Paris (vomissures dans une urne électorale, acteur pissant sur un portrait de Christophe Blocher, et j’en passe…).

  3. Posté par Un chapon cha pond pas le

    Les chaînes françaises sont diffusées gratuitement par satellite. Il suffit de se munir d’un récepteur avec la carte fransat pour disposer d’une trentaine de chaînes, dont celles de France Télévision sont sans pub le soir. Néanmoins, je ne trouve pas les émissions proposées meilleures que celles de la RTS. Supprimer Billag, signifie arrêter de financer une société privée qui génère des frais considérables et ne rembourse pas la TVA encaissée en trop. On pourrait très bien imaginer un système à la carte, à l’aide d’une box où l’on paierait vraiment ce que l’on regarde, ou alors un encaissement en ajoutant une redevance à l’IFD. À mon avis, no bilan, ne signifie pas no TV ou radio.

  4. Posté par francois le

    C pas eux qui nous ont taxés d’une TVA indue …… qui leur à permis de s’engraisser …….. On attend toujours le remboursement

  5. Posté par conrad.hausmann le

    A regarder le nombre d’émissions à la TV. alémanique comme Arena vendredi passé soit quasi 3 mois avant le vote, une chose est claire et nette : L’équipe des faiseurs d’opinion font caca aux culottes! Ils annoncent les pires catastrophes dont un » désert mediatique ». J’espère déjà qu’ils seront obligés de baisser leur train de vie et aussi verront dans ce vote leur réelle cote dans le public!

  6. Posté par Peter Bishop le

    Je ne suis pas d’accord, si l’initiative passe, il ne doit plus y avoir de redevance et donc PLUS AUCUN SOUTIEN ETATIQUE !
    L’idéal serait même que l’état (fédéral, cantonal ou même ville) ne subventionne AUCUN média !
    Les impôts n’ont pas a financer les médias, quels qu’ils soient et sous quelque forme que ce soir !
    Chaque média doit se financer par le privé uniquement !

  7. Posté par dominique le

    Je pense qu’à ce stade, il va devenir critique de relancer un tour de financement à apporter à nobillag, car quand on voit les moyens déjà investis 2 mois avant la votation, par les apparatchiks de NO@NOBILLAG, il y a de quoi s’inquiéter de la montée en puissance de leur propagande.
    Peut-on redonner aux lecteurs les coordonnées bancaires de NOBILLAG, svp?

  8. Posté par Dupond le

    En France les médias aux mains des milliardaires sont décridibilisés depuis un bon moment …..Ils crient dans le désert !!!

  9. Posté par aldo le

    Plus les soutiens à Billag se déclarent, plus vous pouvez faire l’inventaire de ceux-là mêmes qui se sucrent SUR LE DOS DES UTILISATEURS RACKETTES PAR BILLAG, cette expression du totalitarisme d’Etat, teintée d’un sordide fascisme d’inspiration purement bolchévique.

    https://www.24heures.ch/suisse/5000-artistes-suisses-rejettent-no-billag/story/14464710?comments=1 Avec les 5000 « ARTISTES », encore un louche de bonnes consciences pour eux-mêmes, qui vocifèrent pour leurs petits intérêts de sangsues du système médiatique. Et un très grand nombre de ces parasites complètent encore les paiement de leurs hypothèques (villa sur France) avec la monnaie pour rien foutre c’est-à-dire, EN GRUGEANT LES CAISSES DE CHOMAGE EN SE REVENDIQUANT INTERMITTENTS DU SPECTACLE et ce des deux côtés d’une frontière commune. DE PLUS EN PLUS CHERS, CES CHERS PARASITE EUROPEENS ET BI-NATIONAUX http://suisseculturesociale.ch/index.php?id=110&L=2.

  10. Posté par JeanDa le

    C’est justement pour faire taire ce genre d’extraterrestre qui nous dit ce qu’on doit penser, qu’il est TRÈS IMPORTANT DE VOTER UN GRAND OUIIII À NO-BILLAG !!!!

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.