Brexit : c’est l’UE qui est perdante !

post_thumb_default

 

Plus d’un an et demi après le vote sur la sortie du Royaume-Uni de l’UE, la Commission européenne a fait lundi 8 janvier une annonce fracassante : le budget de l’UE après le départ du Royaume-Uni nécessitera des « coupes impressionnantes » dans certains programmes. « Comme c’est bizarre, que c’est curieux, et quelle coïncidence ! » s’époumonent les personnages de La Cantatrice chauve, de Ionesco. On se permettra donc ici d’exprimer la même surprise tant on avait entendu la Commission répéter que si catastrophe économique il y avait, dans le cas d’une mise en œuvre du Brexit, elle toucherait ce Royaume-Uni de mauvais aloi qui avait l’outrecuidance de quitter le club que le monde nous envie.

« Il faudra certainement faire certains sacrifices. Il va falloir faire des coupes dans certains grands programmes, et des coupes impressionnantes », a averti le commissaire au Budget Günther Oettinger, lors d’une conférence de « haut niveau » organisée par un think tank à Bruxelles. Ce débat a donné le coup d’envoi des discussions sur le prochain « cadre financier pluriannuel » de l’Union, alors que le cadre actuel court jusqu’en 2020. Celui-ci fixe les grandes priorités politiques ainsi que les plafonds de dépenses à respecter chaque année.

L’enveloppe maximale a ainsi été fixée à un peu plus de 963 milliards d’euros pour la période 2014-2020. La fin de cette période approche, et l’UE est confrontée au départ prévu du Royaume-Uni d’ici un an. Et celui-ci était contributeur net au budget européen, ce qui représente une « perte de douze à treize milliards d’euros par an », a rappelé Günther Oettinger. Et tous les pauvres naïfs qui croyaient la Commission européenne lorsqu’elle prédisait l’effondrement économique anglais… alors que c’est son propre budget qui s’effondre.

Que faire, par conséquent, sinon réclamer plus d’argent aux pays membres de l’Union ? Car comme chacun sait, l’UE ne produit rien. La richesse de l’UE, c’est la richesse des nations qui la composent, et qui contribuent au budget de l’Union européenne, à hauteur de leurs ressources. Il y a quelques contributeurs nets, comme la France, l’Allemagne ou les Pays-Bas, et de nombreux bénéficiaires nets, notamment tous les pays de l’Est entrés en 2004 et 2007 dans l’Union.

Le 1er août 2016 déjà, Leo McKinstry, un journaliste anglais, diplômé de Cambridge, écrivait dans un article en ligne sur le site « Express » (qui comprend le journal anglais Daily Express) : « Selon les prévisions enfiévrées des militants pro-UE, le Brexit devait annoncer une apocalypse économique. Loin de sombrer dans la récession après le vote en faveur du Brexit, l’économie britannique est soutenue. Quelques jours après le vote décidant de se retirer de l’UE, on nous avait avertis que notre pays serait englouti par les tempêtes de la crise financière et de l’effondrement commercial. Mais, plus d’un mois après le référendum, cette catastrophe ne s’est toujours pas matérialisée. » Dont acte.

Cet article Brexit : c’est l’UE qui est perdante ! est apparu en premier sur Présent.

 

Extrait de: Source et auteur

Suisse shared items on The Old Reader (RSS)

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.