Les politiciens opposés à No Billag interprètent mensongèrement les statistiques.

Menteurs-Esope

Les politiciens opposés à No Billag interprètent mensongèrement les statistiques.

 

Un groupe de politiciens et politiciennes majoritairement de gauche, allant de la propagandiste de l'Union européenne Christa Markwalder à la verte Adèle Thorens, fait campagne contre l'initiative voulant supprimer la taxe obligatoire pour la radio et la télévision avec l'argument "pas de Billag, pas de Suisse". Ces partisans du subventionnement par les contribuables des médias d'Etat mettent en avant le fait que 94% de la population est atteinte chaque semaine par des émissions de la SSR. La suppression de la taxe mettrait donc en danger l'existence de la SSR (mensonge connu), le service public et même la démocratie. Mais cet argument est absolument fallacieux, car pour faire partie de ce pourcentage, il suffit de recevoir pendant 24 secondes, à un moment quelconque de la semaine, n'importe quel programme, même le plus stupide (et le choix est grand).

 

https://bazonline.ch/schweiz/standard/ohne-srg-keine-schweiz/story/21826836

 

Traduction (Claude Haenggli) : Comment ces 24 secondes peuvent sauver la démocratie, Adèle Thorens, qui l'a prétendu, ne l'a pas précisé. La radio-télévision d'Etat n'atteint en réalité pas tellement de gens. En cumulant les émissions d'information qui ont le plus d'audience dans toutes les régions linguistiques du pays, la radio d'Etat atteint tout juste 900'000 auditeurs et la télévision d'Etat moins d'un million de spectateurs par jour.

Avec mes meilleures salutations

Claude Haenggli, 11.1.2018

 

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.