Arménie : le Parlement reconnaît le génocide des Yézidis par l’État islamique

post_thumb_default

 

Le Parlement arménien a adopté à l’unanimité hier une résolution reconnaissant comme génocide les massacres de masse des Yézidis en Irak en 2014 qui ont été commis par le groupe extrémiste de l’État islamique (EI). L’Assemblée nationale a également appelé la communauté internationale à poursuivre les personnes directement responsables des massacres et à “prendre des mesures pour assurer la sécurité de la population yézidie“.

Des milliers de Yézidis ont été kidnappés par l’EI quand ils ont envahi la ville de Sinjar, au nord-ouest de l’Irak, en août 2014, et la plupart d’entre eux sont toujours portés disparus. Fin 2015, 30 fosses communes de Yézidis y ont été retrouvées. Un nombre inconnu de Yézidis a été déporté vers la Syrie voisine.

Le gouvernement américain a officiellement déclaré en mars 2016 que l’EI était « responsable du génocide » contre les yézidis ainsi que contre les chrétiens et les autres minorités religieuses et ethniques en Irak et en Syrie. Un autre rapport publié par des enquêteurs des Nations Unies est arrivé à la même conclusion : pour eux, les actions des militants islamistes contre les Yézidis répondent à la définition du terme de “génocide“ mis en avant dans la Convention des Nations Unies de 1948.

Dans sa résolution, le Parlement arménien annonce qu’il “reconnaît et condamne fermement le génocide du peuple yézidi perpétré par des groupes terroristes en 2014 sur le territoire irakien“. Celui qui est à l’origine de cette résolution, c’est Rustam Makhmudian, seul membre ethnique des Yézidis représentant au Parlement le parti au pouvoir en Arménie, le HHK. M. Makhmudian a présenté ce document à ses homologues lundi, établissant des parallèles entre les atrocités de 2014 contre les Yézidis irakiens et le génocide arménien de 1915 dans l’Empire ottoman.

Les Turcs ottomans ont également tué et déplacé de nombreux yézidis pendant la Première Guerre mondiale. Des milliers d’entre eux ont fui vers ce qui est maintenant la République d’Arménie. On estime que 50.000 yézidis vivent actuellement en Arménie, ce qui en fait la plus grande minorité ethnique du pays.

Le président Serge Sarkissian a condamné les massacres et déportations des Yézidis irakiens peu après leur premier rapport à l’été 2014. Sarkissian a demandé au ministère des Affaires étrangères et aux missions diplomatiques à l’étranger de “redoubler d’efforts pour montrer la question sur la scène internationale“.

Une série de manifestations organisées par les Yézidis à Erevan a suivi. Ils ont dénoncé le fait que, selon eux, le gouvernement arménien était lent à réagir aux atrocités.

En avril 2016, les dirigeants de la communauté arménienne Yézidi ont inauguré un mémorial dans le centre-ville d’Erevan pour les Yézidis et autres personnes massacrées par les extrémistes de l’EI. Said Avdalian, chef d’un groupe de jeunes yézidis, a salué hier la résolution parlementaire arménienne comme étant un “événement historique“.

Armenews

Merci à Pythéas

 

Extrait de: Source et auteur

Suisse shared items on The Old Reader (RSS)

Un commentaire

  1. Posté par Claire le

    Bravo aux Arméniens qui, malheureusement, sont bien placés pour savoir ce qu’est un génocide.
    Et notre courageuse UE, Merkel et Macron en tête, quand en fera-t-elle autant??

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.