Médias. « Boomerang », le dernier navet nauséeux de la SSR

boomerang-jeunefille-etoiledavid-1-11-44-2

Cenator: Ce film est si vulgaire qu’il en devient insupportable très rapidement. Il est fait de clichés ridicules sur de prétendues victimes que seraient les requérants d’asile en Suisse. Toutes nos craintes ont été très largement dépassées, la RTS s’est vraiment surpassée.

Les requérants d’asile risqueraient leurs vies dans leurs pays d’origine, alors qu’ils ont traversé X pays sécures avant d’atteindre l’Eldorado suisse.

Pourquoi choisir la Suisse ?  ... la gamelle est meilleure, les autres pays se montrant moins généreux avec les requérants. De ce fait, les requérants ayant pu entrer en Suisse, se montrent prêts à tout pour pouvoir y rester, y compris travailler temporairement. Toutefois, uniquement dans un premier temps pour la plupart. En effet, plus de 90% d’entre eux cessent définitivement de bosser après avoir obtenu l’asile. Ce film dit tout le contraire,  c’est une honte absolue de faire gober un tableau pareil aux téléspectateurs.

La famille kurde de ce film subit un flot d’injustices et de mesquineries de caractère raciste.  Les Suisses sont présentés comme des racistes coincés, ridicules et inhumains.

Nos craintes se sont vues plus que confirmées, c’est un remake des « Faiseurs de Suisse », en pire.

Avec des trouvailles ahurissantes :

La fille ado de la famille Kurde, et bien sûr musulmane, porte une étoile de David au cou !

Le père ne s'oppose pas à ce qu'elle fréquente un petit blanc.

Le fils préado de cette famille reçoit un méchant coup de pied durant la récréation, d'un blanc bien sûr, coup de pied qu’il ne rend pas.

..., ..., ...

Et finalement, nous avons droit à deux scènes au lit pour faire vendre la camelote. Deux scènes de jouissance au lit avec des couples inimaginables.

L'avocat suisse et raciste, ayant changé de corps au profit d’un corps de femme de ménage requérante d'asile, se fait sauter par l'époux kurde. L’époux kurde est très performant au lit, il sait faire jouir sa femme.

Ensuite, l'épouse suissesse, forcément coincée, maniaque de la propreté, très frustrée et très insatisfaite sexuellement parlant se fait sauter par son époux. Cet  époux, vous l’avez deviné, est le produit de la transformation d’une femme de ménage Kurde en un mâle performant. Et, là, enfin, elle jouit !

Nous espérons que les téléspectateurs pourront suivre la ‘trouvaille de génie’ des corps transmutés mais nous doutons que la partie de la population romande qui apprécie la RTS puisse saisir la démagogie de ce film.

Il y a quand même une clientèle bien abrutie et fidèle, les fans de Rochebin, les gens dépourvus de tout sens critique, les gauchistes abrutis, qui voteront contre No Billag.

Lorsque les initiants de No Billag relèvent le fait que la SSR tente d’éduquer son public, ils sont dans le vrai. Mais il faut encore ajouter, éduquer dans un sens unique et précis. A savoir, un mélange de marxisme culturel comportant les ingrédients habituels :

le culte du migrant, du bon sauvage,

la haine de soi,

la haine de notre civilisation aux racines chrétiennes,

la culpabilisation constante de l’homme blanc, forcément raciste et exploiteur,

la dilapidation éhontée de l’argent soutiré aux contribuables qui l’ont gagné à la sueur de leur front !

*****

https://www.rts.ch/play/tv/telefilms/video/boomerang-?id=9316804

Un téléfilm réalisé par Nicole Borgeat, écrit par Nicole Borgeat et Jacqueline Surchat, CH/BE, 2017.   Synopsis : « Boom ! Au beau milieu d’une campagne cruciale pour sa carrière, Théo, jeune politicien ambitieux aux idées xénophobes, se réveille dans la peau de sa femme de ménage, une demandeuse d’asile kurde, musulmane et voilée ! Vont-ils réussir à dépasser leurs préjugés respectifs pour ne pas tout perdre ? Le film « Boomerang », une coproduction de la RTS et Need Productions, Belgique, avec la participation de TV5Monde, a été diffusé par TSR1 le 07.02.2018 après une intense campagne de promotion de la RTS. »

Boomerang est nominé pour le Prix du public aux 53e Journées de Soleure.

19 commentaires

  1. Posté par aldo le

    http://ideesuissecontrenobillag.ch/wordpress/ Vous pouvez soi-disant mettre un commentaire. Mais comme toujours c’est poutzé d’avance chez les tolérants socialo-islamo-bolchévo-fascistes. Ce genre de navet est digne de Torracinta et de toute sa carrière dont l’essentiel repose évidemment sur le squat de la TSR et son noyautage systématique par les pires bolchéviques. Son émission raciste « un’ora per voi » exclusivement dédiée à la parole migrante de communistes italiens qui rêvaient déjà d’occuper notre pays. Et si vous la trouvez dans les archives TSR, vous pourrez apprécier les « au revoir » en italien avec le bras tendu, la main paume en l’air et les doigts serrés qui reviennent alternativement sur la paume comme pour signifier en langage codé : « Ramène-moi le fric ».

  2. Posté par Fanfouet le

    Je suis étonné que le nom de Melgar n’apparaisse pas au générique: il n’y a que lui qui puisse sortir un navet anti-suisse de ce calibre !
    Peut-être qu’il en fut le conseiller artistique…

  3. Posté par Cenator le

    @ Hervé
    Vous ne croyez pas si bien dire. Si le ‘non’ passe, grâce à l’abrutissement des Romands, nous apprendrons sous peu que la SSR est devenue déficitaire avec 1fr/j, et comme il est prévu par Doris, tous les 2 ans la redevance sera réévaluée.

  4. Posté par Hexgradior le

    Ah la riclette télévisuelle de la TSR ! Tout un programme !
    Au moins pareille daube me conforte dans le fait que j’ai voté OUI à No Billag…C’était finalement une excellente décision !!!

  5. Posté par coocool le

    Merci pour ce résumé qui nous évite de subir le visionnage -à titre informatif – de cette daube !
    Les bulletins sont dans vos boîte aux lettres, votez et faites voter No-goulag !

  6. Posté par Yolande.C.H. le

    Suite de mon propos:

    La comparaison du film « Les faiseurs de suisses » avec « Boomerang montre également le changement important de perspective entre les années 70 et aujourd’hui.

    Dans le premier, l’italien a son permis, il travaille et son souhait est de gommer sa différence ; le « monde suisse » est perçu comme idyllique, contrastant avec le taudis où il vit. Tous ses efforts vont dans le sens de « monter la pente » pour y accéder, pour ressembler le plus possible (teinture de ses cheveux) à ceux de cette communauté du « propre en ordre ». Dans ce film, ce n’est pas le mensonge qui est le moteur : il met en scène le décalage qui est réel ; il a été exagéré, caricaturé pour mieux l’expliciter.

    Dans Boomerang, la femme kurde va utiliser, puisqu’elle a l’apparence de l’avocat, « l’aura » de ce dernier pour tenter d’obtenir une accélération de la procédure d’admission et un logement. Elle s’appuie donc sur les qualités de ce suisse pour que sa famille soit admise sur le territoire. Une fois admise, elle se considère, elle et sa famille, comme d’emblée intégrée.

    Ici, l’enjeu n’est donc pas l’intégration à un autre modèle culturel, mais la conservation de son propre modèle.

  7. Posté par Hervé le

    Vous voyez que la redevance n’est pas si chère que ça. 1 milliard ça suffit à peine pour produire des diarrhées mentales pareilles, il faudrait au minimum la doubler…

  8. Posté par Christian Hofer le

    La RTS démontre qu’en fin de compte, c’est elle la raciste, sevrée d’idées reçues sur notre peuple et d’amalgames. Et le tout servi par l’argent de ces « salauds de Suisses, incompétents au lit, xénophobes… ».

    Tout est mensonge et c’est ainsi que le monde de gauche évolue, sans honte, sans aucune remise en question. C’est une guerre que les gauchistes nous mènent. Il faut arrêter de parler de dialogue courtois et d’arguments avec ces menteurs. On perd notre temps.

    Comme je l’ai écrit si souvent: ils s’octroient tous les droits, spécifiquement celui d’accuser autrui de ce qu’ils sont.

    Ils ne s’arrêteront jamais.

  9. Posté par Yolande.C.H. le

    Ce qui est intéressant dans ce film, c’est que tout repose sur l’avocat Théo (le suisse donc) qui doit se débrouiller seul pour sauver sa mise : pourquoi ? Parce que, étant dans le corps de la kurde, il risque d’être expulsé de son pays. Par ailleurs, c’est lui qui va aider la fille, éviter son expulsion du collège (mauvais point pour l’admission) et lui permettre d’être plus libre pour rencontrer son petit ami ; la mère kurde, dans le corps de l’avocat et habitant dans la maison de celui-ci, se sent obligée de faire de même, ce qui provoque la colère du père qui y est hébergé (pour se protéger du risque d’expulsion).
    Le fil conducteur de ce film est le mensonge ; la substitution des rôles oblige l’obtention d’une admission et c’est parce que c’est faux que la famille va être finalement acceptée et non pas parce qu’elle est intégrée (récitation des connaissances). La famille kurde exulte quand elle reçoit la réponse positive, alors que l’avocat, retrouvant « son apparence », se voit exclu de son réseau. La fin du film va sur cette conclusion : musique et danses et amis kurdes dans le jardin d’une maison villageoise fribourgeoise. Il ne reste à l’avocat que ses parents et sa compagne qui revient vers lui parce qu’elle l’aime.
    Le père kurde, qui tient à sa culture et s’émeut devant les photos de son pays natal, énonce ceci: il faut savoir d’où on vient.

  10. Posté par Matelot le

    Pas regardé. Mais je suis sur que c’est de la merde. Et nous sommes obligés de payer pour ça.
    OUI à NoBillag.

  11. Posté par Sylvie RG le

    Des clichés ou amalgames stupides … ATTENTION

  12. Posté par Jacques le

    Ce n’est pas par masochisme, mais par simple curiosité. J’ai regardé quelques minutes ce navet de propagande. Insupportable! La RTS s’est surpassée. Espérons que cette expérience ouvrira les yeux des indécis et les fera basculer dans le camp du OUI ! A moins qu’ils aient été lobotomisés par le lavage de cerveau permanent de la part de nos medias bien-pensants..

  13. Posté par Grizzly le

    Nauséabond siérait mieux comme adjectif à une telle production. A la veille du scrutin sur No-Billag, un nanar de cet acabit constitue une véritable provocation de la part de la RTS et une insulte pour la population autochtone de ce pays. Cette belle asymétrie fantasmée et sortie tout droit d’un beau rêve socialiste me ramène aux paroles du fumeux directeur de la SSR, l’infect Gilles Marchand, qui nous vante les mérites pédagogiques de sa télévision d’Etat pour le « peuple », comme lui et ses pairs de la soi-disant élite gaucho-éduquée se plaisent à nous qualifier. Entre ce type d’investissement culturel et ceux consentis au Bangladesh par le chauve thaumaturge qui nous sert de président de la Confédération, nous prenons la meilleure des directions: celle de l’appauvrissement collectif, de l’aliénation de notre société et de l’hébétude généralisée. Ma voix est acquise à No-Billag, ne serait-ce que pour tenter de nous épargner la production de tels navets dans le futur.

  14. Posté par Bussy le

    J’ai essayé de regarder mais j’ai jeté l’éponge après 15 minutes….
    La Suisse est un des pays sur cette terre qui compte le plus d’étrangers et jusque-là ça se passe plutôt bien, et il y en a qui n’arrêtent pas de traiter les Suisses de racistes et xénophobes… c’est dégueulasse !
    Et les Suisses ont payé des impôts pour financer cette merde qui leur crache à la gueule, à gerber !
    Vraiment, le respect ça s’apprend et même les cons devraient faire un effort, sinon ça va se gâter et ça sera de leur faute à ces bobos collabos !

  15. Posté par Dupond le

    Ce ne sont plus des navets mais de propagande anti natios . Les réfugiés qui ont vécu sous les bombes arrivent frais et dispos avec bébé d’un mois (comme si il etait possible de procreer au milieu des gravats )

  16. Posté par Alain le

    Boycotter cette RTS/TSR et voter pour No Billag !

  17. Posté par UnOurs le

    Regardé ce soir jeudi le Temps Présent sur Collombin et Russi.
    Quelle était belle la Suisse, avant.
    Qu’on était bien, entre nous.
    Avant les autres, les tout autres.

  18. Posté par Julie Rochat le

    Pas regardé, pas envie de subir cette propagande. La présentatrice météo a fait le job et l’a bien présenté comme un film sur l’ouverture à l’autre, le vivre-ensemble et gnagnagni et gnagnagna. Suite à ça, je n’ai eu qu’une seule envie, zapper!

  19. Posté par Antoine le

    Encore un navet, un enfumage voulu par nos zélites, tout cela avec notre argent (redevance)
    Je voterai OUI à no billag !

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.