Autriche. Les socialistes autrichiens se lamentent de perdre le contrôle des chemins de fer d’Etat

post_thumb_default

Les socialistes autrichiens se lamentent de perdre le contrôle des chemins de fer d’Etat

Les ŐBB étaient jusqu’à présent un apanage du parti SPŐ, qui avant les élections s’était empressé de placer plusieurs personnalités de son bord dans le conseil d’administration de la société nationale des chemins de fer pour leur assurer une confortable prébende au cas où il n’y aurait plus de socialistes au gouvernement. C’est maintenant arrivé et le nouveau ministre des transports, Norbert Hofer, a fait appel, à la place de politiciens, à des experts proches du parti libéral pour leur succéder, ce qui a provoqué des réactions à gauche. La décision de remplacer l’ex-secrétaire d’Etat aux relations avec l’Union européenne Brigitte Ederer par Arnold Schiefer, un fonctionnaire de haut rang qui avait en son temps assaini la filiale du transport des marchandises de l’ŐBB, a particulièrement suscité l’ire du parti socialiste..

http://unser-mitteleuropa.com/2018/02/09/spo-jammert-uber-verlust-der-obb-pfrunde/

Traduction (Claude Haenggli) : Les socialistes n’ont pourtant pas réagi lorsque Christian Kern, alors directeur général des chemins de fer, est devenu chancelier. En effet, pas plus d’une semaine après lui succédait un autre membre du SPŐ, Andreas Matthä. Son prédécesseur était d’ailleurs lui aussi un social-démocrate, Peter Klugar. Le fait que d’autres personnes proches du SPŐ dirigent des entreprises nationales n’a pas non plus fait l’objet de critiques. C’est ainsi que le président de l’aéroport de Vienne et le directeur général de la radio-télévision d’Etat sont des membres du parti socialistes.

 

Avec mes meilleures salutations

Claude Haenggli, 11.2.2018

 

2 commentaires

  1. Posté par aldo le

    C’est exactement comme Jean-Noël Rey le cousin de la Calmy, avec les PTT. Tout bousiller pour vendre terrains et autres immeubles dans des conditions qu’il est trop tard d’analyser Toute l’économie suisse était portée vers la résistance à la guerre. Et d’un coup ils ont tout foutu en l’air pour s’enrichir et acheter des robots informatiques afin de centraliser le tri. En quelques bombardements, GRACE A CES SOCIALO-CAPITALISTES ON PEUT PARALYSER LA SUISSE ET LA RENDRE TOTALEMENT DEPENDANTE DU BON VOULOIR DE L’EUROPE. C’EST UNE VOLONTE DE CETTE POLITICAILLE. Avec les flux tendus et à l’absence de stocks, la Suisse est dans la merde.

    Et si des militaires ont gueulé et qu’on ne les a pas entendus, c’est encore grâce à Swisscom-Billag et sa SSR, monopole de la gauche la plus extrême qui est placé dans la même position de démantèlement organisé. Mais il n’y a que la gauche qui a le droit de le faire pour s’enrichir, d’où le non soutien à NO-BILLAG. Swisscom était sûrement déjà en train de l’organiser dans l’ombre et a été tout simplement pris de court. Si le oui ne l’emporte pas vous pouvez être sûr que la suite sera un NO-BILLAG qui préserve toutes les magouilles socialistes.

  2. Posté par Maurice le

    C’est fou comme les socialistes savent s’emparer des institutions de l’Etat. A Genève c’est pareil surtout à la ville…

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.