Belgique : torturée par son père, Samia portait un hijab pour dissimuler ses hématomes et brûlures

post_thumb_default

 

Fouettée avec un câble électrique, frappée à coups de batte de base-ball, attachée à une chaise et brûlée aux pieds avec un fer à souder : ce n’est pas le récit d’un prisonnier de Guantanamo mais bien celui de la jeune Samia, une jeune fille de Farciennes torturée par son propre père durant plusieurs années. Le père a ainsi écopé de 15 ans de prison ferme et a été arrêté à l’audience pour être transféré à la prison. La mère, qui a participé aux tortures en cherchant à les couvrir, est condamnée à 8 ans.

Son calvaire a débuté alors qu’elle était en troisième gardienne, en 2007. Mais ce n’est qu’en septembre 2016 que l’affaire a été révélée, un peu par la force des choses. Malgré le règlement d’ordre intérieur de son école, Samia se présentait quotidiennement sous un voile quasi intégral.

Convoquée avec son père, dont elle craignait la réaction violente au retour de la réunion, Samia a fini par craquer : sous son hijab, elle cachait en effet une constellation d’hématomes, des fractures consolidées et des traces de brûlures. « Elle a expliqué que son père l’attachait avec des liens colson et la brûlait avec un fer à souder pour lui faire savoir ce que serait l’enfer, si elle s’avisait de pécher« , a expliqué le parquet qui poursuivait le couple pour tortures, traitements inhumains et coups. «  Il ciblait surtout la peau entre les orteils et frappait à nouveau dessus pour éviter que les plaies ne cicatrisent. Elle avait les pieds tellement gonflés qu’elle devait porter du 41 alors qu’elle chausse du 37« .

Les perquisitions menées dans la foulée ont effectivement permis de découvrir des câbles électriques et une batte de base-ball. Mais d’autres éléments ont intrigué les enquêteurs : « Les murs de la maison étaient couverts de versets du coran. Mais il n’y avait ni jouets ni lits pour les quatre enfants. Le père a appris la naissance de Samia alors qu’il venait de se marier à une autre femme. Il a dû l’assumer et lui a fait payer physiquement et psychologiquement« , a conclu le parquet. […]

Le juge note enfin que l’un des fils du couple « semble impatient de grandir pour frapper à son tour sur les femmes ».

LaLibre.be

 

Extrait de: Source et auteur

Suisse shared items on The Old Reader (RSS)

3 commentaires

  1. Posté par Maurice le

    Et c’est dans leur ADN en plus, puisque le jeune fils veut suivre les traces de ce père sanguinaire.

  2. Posté par Antoine le

    Quelle chance cette immigration masse illégale pour récolter ce genre d’individus tortionnaires (les parents). Ils vont  »profiter » de l’accueil de nos prisons pendant respectivement 15 et 8 ans sauf si des juges complaisants ne les laissent sortir bien avant avec des remises de peines pour bonne conduite.
    Cette racaille est à EXPULSER à vie de l’Europe, il faut des prisons privées en Syrie ou en Libye.

  3. Posté par Le Taz le

    Magnifique la diversité culturelle et cette fois-ci je le dis comme je le pense: dire que les connasses de gauche défendent ces barbares, il faudrait les interner!

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.