Un Russe soutire 100 000 dollars à la CIA en faisant croire qu’il dispose d’informations sur Trump

post_thumb_default

 

L'histoire, publiée le 9 février par le New York Times, offre une fenêtre fascinante sur la façon de fonctionner de l'agence américaine de renseignement : un mystérieux Russe est parvenu à mener en bateau la CIA, se faisant payer la somme de 100 000 dollars par la puissante agence contre la promesse de diverses informations. Le célèbre journal américain précise avoir pu consulter les documents proposés à l'agence de renseignement.

Le Russe en question a donc fait croire qu'il disposait d'informations compromettantes sur Donald Trump, mais aussi qu'il était en possession des outils de piratage informatique de la NSA, que l'agence s'était fait voler. Après des mois de négociations, il a convaincu la CIA de lui verser 1 million de dollars pour ces informations.

Les hackers à l’origine des récentes #cyberattaques vont vendre d'autres outils volés à la #NSAhttps://t.co/knlkD0gi1epic.twitter.com/aSkwx0aU13

— RT France (@RTenfrancais) 18 mai 2017

Mais avant de lui donner la totalité de la somme, l'agence a souhaité avoir un aperçu de ce dont il disposait réellement. Elle a donc décidé de lui verser un acompte de 100 000 dollars en liquide, déposé dans une valise et remis dans une chambre d'hôtel de Berlin en septembre. En échange, le vendeur russe a alors exposé des informations sur les outils de la NSA... déjà connues et divulguées par le groupe de hackers Shadow Brokers.

Des kompromats sur Donald Trump

Selon le New York Times, le fameux Russe a en outre soutenu avoir des informations compromettantes sur Donald Trump, des kompromats, en langue russe. Notamment la supposée vidéo dans laquelle le chef d'Etat aurait été filmé en plein ébat sexuel avec des prostituées dans un hôtel de Moscou. Le président américain a de son côté toujours nié l'existence de cette vidéo, et il n'en existe aucune preuve.

Un ex-espion britannique serait à l'origine du «dossier» contesté sur Donald #Trumphttps://t.co/DHdTJopftnpic.twitter.com/Wtsr8bDfpU

— RT France (@RTenfrancais) 11 janvier 2017

Qu'importe, pour appâter l'agence de renseignement, le vendeur russe a montré un clip vidéo d'une quinzaine de secondes sans son, sur lequel un homme discute dans une chambre avec deux jeunes femmes. Nouveau camouflet pour l'agence de renseignement, qui constate rapidement qu'il n'y a aucun moyen de déterminer s'il s'agit bien de Donald Trump.

La CIA s'interroge

Aussi, après qu'il soit apparu que le Russe n'avait pu fournir aucun des logiciels de la NSA encore tenus secrets et que ses kompromats sur Donald Trump étaient soit déjà connus, soit douteux, la CIA a commencé à faire preuve d'une certaine méfiance envers cet homme, qu'elle soupçonnait de liens flous avec le renseignement russe.

Ce qui l'a particulièrement inquiétée, c'est qu'elle lui demandait principalement des informations concernant la NSA, mais que ce dernier insistait pour fournir des informations sur des liens supposés entre Donald Trump et la Russie.

Longtemps accusé par le renseignement américain – sans l'ombre d'une preuve – d'avoir tout fait pour favoriser l'élection de Donald Trump, la CIA soupçonne alors le Kremlin... d'avoir élaboré cet ingénieux plan pour saper son autorité.

Mais il y a une bonne raison pour que la situation semble pour le moins confuse aux yeux de la CIA. Son ancien chef des opérations en Russie Steven L. Hall le concède volontiers, il est difficile pour l'agence de faire la distinction entre un criminel, un officier du renseignement russe ou bien encore un Russe qui connaît des officiers du renseignement russe : «Tout est brouillé.»

Et de conclure : «C'est la difficulté d'essayer de comprendre comment la Russie et les Russes opèrent du point de vue occidental.»

Le président américain Donald Trump espère pour sa part que cette histoire permettra à tout un chacun de «voir et comprendre ce qu'il se passe». «Tout est en train de sortir», a-t-il écrit sur Twitter en réaction à la parution de l'article.

According to the @nytimes, a Russian sold phony secrets on “Trump” to the U.S. Asking price was $10 million, brought down to $1 million to be paid over time. I hope people are now seeing & understanding what is going on here. It is all now starting to come out - DRAIN THE SWAMP!

— Donald J. Trump (@realDonaldTrump) 10 février 2018

Lire aussi : «Le rapport sur le piratage russe présumé est une honte pour le renseignement américain»

 

Extrait de: Source et auteur

Suisse shared items on The Old Reader (RSS)

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.