Suisse : un succès économique dont on parle peu

post_thumb_default

 

Par Claude Sicard.

Il est un pays, tout proche du nôtre, où l’économie est l’une des plus prospères du monde, où il y a très peu de chômage, où le niveau de vie est extrêmement élevé, où la balance commerciale est très positive chaque année, un pays dont la monnaie est extrêmement forte et où il n’y a pratiquement jamais de grèves. Il s’agit de l’un des pays les plus démocratiques du monde puisque avec son système de référendum populaire les citoyens peuvent à tout moment s’exprimer, proposer des lois et éventuellement contrebalancer les pouvoirs du Parlement.

C’est un pays où le chômage des jeunes est faible : 6,4%, contre 24% en France, un pays, curieusement, dont personne ne parle jamais. Nos hommes politiques et les grands medias l’ignorent totalement : il s’agit, chacun l’a compris, de la Confédération helvétique. Aussi très nombreux sont nos concitoyens qui se bousculent-ils pour aller y travailler, et on les comprend fort bien.

Examinons quelques chiffres de près. Le PIB de ce pays a connu une croissance moyenne régulière de 2,1% par an dans la période 2004-2014, contre 0,9% dans le cas de la France et 1,3% dans celui de l’Allemagne. Le PIB/tête1 est extrêmement élevé : 82.971 US$, contre 44.730 US$ pour la France et 54.609 US$ pour les USA. Sa balance commerciale enregistre très régulièrement des excédents très importants (30 mdFS en 2014), le principal partenaire commercial étant l’Allemagne. Et les statistiques mondiales indiquent que la Confédération helvétique détient le cinquième des réserves mondiales de change. Aussi ce pays a-t-il la réputation d’être l’un des mieux gérés du monde.

Contrairement à un cliché très répandu, la Suisse ne vit pas que de ses activités tertiaires, et lorsque l’on évoque le cas de ce pays, on pense aussitôt à ses activités bancaires et financières. La Suisse possède, ce que l’on ne dit jamais, une industrie très forte qui représente environ 22% du PIB2, contre 11% seulement dans le cas de la France, pays sinistré au plan économique du fait de son grave déclin industriel, et 26% dans celui de l’Allemagne.

Bien que la Suisse ait de nombreuses activités industrielles, le climat social, dans ce pays, est totalement apaisé. La notion de « paix du travail » s’y est installée durablement : elle a vu le jour lors de la grande crise économique de 1929. Les Suisses ont alors mis en place un dialogue constructif. En 1937 furent signés les premiers accords dits de « paix du travail » entre les syndicats et le patronat de l’horlogerie. Et il y en eut un grand nombre ensuite. Ce sont des conventions qui permettent de gérer pacifiquement les conflits et de trouver des solutions.

Dans une étude de l’Institut allemand WSI portant sur la période 2005-2012, sur 16 pays, la France s’est classée en tête en matière de grèves avec 139 jours perdus pour 1.000 salariés, la Suisse, tout au contraire, se trouvant en dernière position avec 1 jour de grève pour 1.000 salariés. Dans cette étude, l’Allemagne était bien placée avec 16 jours seulement, ainsi que la Grande Bretagne avec 23 jours. Les syndicats en Suisse n’ont pas renoncé à la grève comme moyen d’action, mais elle est tout à fait exceptionnelle.

Il existe, évidemment, dans ce pays modèle, un droit du travail, mais celui-ci est extrêmement succinct : 400 articles seulement, contre plus de 4.000 en France. Et il n’y a pas de SMIC. La loi porte sur quelques points essentiels : égalité homme/femme, 45 heures maximum par semaine, et quatre semaines de congés payés par an. Il n’est pas obligatoire pour les employeurs de motiver les raisons d’un licenciement, la loi se bornant à lister les motifs de ruptures abusives : maladies, accidents, grossesses….

Et la loi fixe ce que sont les délais de rupture : 7 jours durant la période d’essai, un mois la première année, deux mois de la seconde à la neuvième année, puis trois mois ensuite. Et les indemnités de licenciement sont très exceptionnelles.

Pour tout le reste, les conditions de travail sont négociées entreprise par entreprise en se référant, lorsqu’elles existent, à des Conventions collectives de groupes d’entreprises ou de branches. Ces CCT ne concernent en fait que la moitié seulement des salariés. Elles fixent des conditions plus avantageuses que celles résultant de la loi : une cinquième semaine de congé très souvent.

Quant aux heures supplémentaires, elles sont compensées de diverses manières ; selon les cas il y a des rattrapages, et, éventuellement des compensations financières.

Pour ce qui est du syndicalisme, il constitue un cas spécifique en Europe. L’USS (Union des Syndicats Suisses), créée en 1880, a opté pour l’action réformiste, le communisme ayant été repoussé au lendemain de la première guerre mondiale. Ce syndicat qui est dominant a opté pour la recherche d’une convergence d’intérêts avec les employeurs. Cela a conduit à un modèle helvétique de partenariat social. Il existe également un second syndicat qui résulte de la fusion de la Confédération des Syndicats Chrétiens (CSC) et de la Fédération Suisse des Employés (FSE). Ces deux syndicats participent aux négociations pour l’établissement des conventions collectives, mais le taux de syndicalisation des salariés n’est que de 16 à 18%.

La Suisse nous fournit l’exemple d’un modèle très intéressant à faire connaître aux salariés français qui continuent, eux, à se cantonner dans une culture d’affrontement. La Charte d’Amiens, de 1906, est toujours l’ADN du syndicalisme français : elle a marqué la victoire du syndicalisme révolutionnaire dans notre pays.

Sur le web

  1. Source : FMI.
  2. Industrie, hors BTP.

L’article Suisse : un succès économique dont on parle peu est apparu en premier sur Contrepoints.

 

Extrait de: Source et auteur

Suisse shared items on The Old Reader (RSS)

4 commentaires

  1. Posté par Maurice le

    Ouè, vu de la Suisse, c’est pas tant la joie !
    Sans compter que ce type de panégyrique fait du tort à la Suisse, car cela rend les autres pays, particulièrement la France et encore plus l’Union européenne, tellement jaloux qu’ils cherchent à la dissoudre encore plus vite pour lui apprendre à être indépendante et dynamique malgré sa petitesse.

  2. Posté par Arturus le

    Monsieur, vos statistiques, c’est comme les bikinis: ça donne des idées mais ça cache l’essentiel !

  3. Posté par Daniel le

    Vous pouvez encore ajouter: Le mobbing est toujours très très en vogue. On applique plus que jamais les règles des MBA américains qui encouragent vivement à créer un climat conflictuel entre employés pour mieux dominer. Vous pouvez aussi ajouter que pour maintenir les statuts des cadres et des salaires supérieurs on rase un max sur les salaires moyens qui n’ont plus augmenté depuis des lustres quand vous avez la chance de ne pas voir le votre baisser. Votre salaire n’est plus indexé aux coûts de la vie sous prétexte que ceux-ci n’ont pas augmentés. Si la nourriture est assez stable tous les autres coûts explosent comme les caisses maladie, assurances diverses, transports, loyers et ceci d’année en année. A cause des centaines de milliers de frontaliers les chiffres du chômage réel et des chômeurs en fin de droit ne sont répertoriés nulle part. Vous pouvez oublier de trouver un job en dessus de 50 ans. Bref, on pourrait argumenter des heures. Vous dites: « Il s’agit de l’un des pays les plus démocratiques du monde » Je vous dit: Merci, vous m’avez bien fait rigoler.

  4. Posté par Thomas le

    Et bien j’ai envie de répondre à ce monsieur que depuis que ses compatriotes et bien d’autres nous on envahit….tout cela est entrain de partir en petit morceau…et pour beaucoup de ce que dit ce monsieur ce ne sont que des clichés….une bonne partie de la population qui vivaient correctement à une époque,ne vit plus aussi bien aujourd’hui…

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.