Révision de la loi sur les armes / Communiqué de presse de Pro Tell

protell

Communiqué de presse du 11 avril 2018 

 

Révision de la loi sur les armes : un référendum inévitable ?

 

Hier 10 avril, la Commission de politique de sécurité du Conseil national a décidé d’entrer en matière sur la révision de notre loi sur les armes imposée par l’UE. Ils n’étaient que 9 braves contre 15 qui ont eu le courage de défendre jusqu’au bout les droits et les libertés des centaines de milliers de détenteurs d’armes de ce pays.

 

La majorité de la Commission est donc restée sourde à la demande de PROTELL, ainsi que d’autres organisations qu’elle a également entendues, de faire savoir à l’UE que le droit en vigueur suffit à garantir la sécurité publique dans notre pays qui est l’un des plus sûrs au monde.

 

Pour la majorité de la Commission, le peuple doit avoir la possibilité de se prononcer grâce au référendum facultatif. PROTELL en prend acte, non sans relever qu’heureusement, le peuple dispose de ce droit même sans que la Commission le rappelle. A PROTELL, nous sommes prêts : en octobre 2017, notre assemblée générale a déjà pris la décision de principe de combattre tout nouveau durcissement de notre droit sur les armes par tous les moyens légaux, d’abord par nos relais au Parlement fédéral et, s’il le faut, par un référendum. Car dans ce pays, nous avons une chance unique, grâce à la démocratie directe : chez nous, c’est le peuple qui a le dernier mot. Et justement, le danger qui nous menace ne pèse pas seulement sur nos droits et nos libertés de détenteurs d’armes ; c’est une étape vers d’autres restrictions, y compris et surtout à notre démocratie directe.

 

Dans l’immédiat, PROTELL soutiendra évidemment l’action de la minorité de la Commission tendant à supprimer, par voie d’amendements, toutes les restrictions nouvelles que l’UE prétend imposer à nos droits et à nos libertés.

 

Elle appelle en outre tous ses membres et sympathisants à contacter les conseillers nationaux qu’ils connaissent pour les sensibiliser à la valeur de nos traditions ancestrales et leur répéter clairement le mot d’ordre décidé par sa dernière assemblée générale : pour PROTELL, le droit sur les armes n’est pas négociable !

 

PROTELL

Jean-Luc Addor, président a.i. (078 824 36 64)

Robin Udry, secrétaire général (079 254 67 56)

6 commentaires

  1. Posté par Jean le

    il y a des viols en Suisse.
    Coupons le pénis de tous les hommes en Suisse.

    C’est tellement débile, mais c’est exactement la même chose avec cette nouvelle escroquerie de directive sur les armes en Suisse.
    Cela NE CHANGERA RIEN ! Mais coutera des MILLIONS, et diminuera encore le peu de liberté qu’il nous reste.

  2. Posté par Juan Pablo le

    Dernièrement, beaucoup de crimes ont été commis avec des couteaux, alors faut-il interdire tous les couteaux ?

  3. Posté par Vicloire le

    C vraiment incroyable comme ces socialistes sont hypochrites, d’un côté ils ramenent les migrants criminels en suisse et il gardent ceux qui y sont deja et en même temps ils veulent a tout pris désarmer les suisses parceque c la volente de l´Europe .

  4. Posté par Socrtate@LasVegas le

    Merci à Pro Tell! Abonnez-vous!

  5. Posté par Jean le

    100 % avec PROTELL !

  6. Posté par Antoine le

    Pour moi c’est évident, le droit de posséder une arme n’est PAS négociable.
    Dans cette commission qui sont les  »9 braves » et les 15 félons !!
    En plus d’un référendum, faudra-t-il faire une marche sur Berne avec les armes à la main ?

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.