Defend Europe – Mission Alpes : Interview exclusive pour Les Observateurs

Interviewée menée par Λlex Λ que nous remercions très chaleureusement.

**********

Il y a quelques jours, Génération Identitaire a entrepris une action d'éclat nommée "Defend Europe" au col de l'Échelle, à la frontière franco-italienne. En bloquant le passage aux migrants clandestins, ces activistes ont démontré qu'il est tout à fait possible de contrôler cette frontière et par conséquent, que les autorités négligent leurs devoirs.

Lore Constantin, jeune Lilloise engagée, était de l'aventure. Elle a accordé un entretien exclusif aux Observateurs.ch à son retour du col de l'Échelle. Après sa journée de travail - elle est architecte - et un entraînement de boxe, elle raconte.

- Pouvez-vous présenter Génération Identitaire à nos lecteurs en quelques mots ? Génération Identitaire est un mouvement politique de jeunesse qui rassemble des garçons et des filles à travers toute l’Europe. Il a été fondé en septembre 2012. Nous appelons la jeunesse à relever la tête : face à la racaille, face à ceux qui veulent fliquer notre vie et nos pensées, face à l’uniformisation des peuples et des cultures, face au raz de marée de l’immigration massive, face à une École qui nous cache l’histoire de notre peuple pour nous empêcher de l’aimer, face à un prétendu vivre-ensemble qui vire au cauchemar… Génération Identitaire est la première ligne de la résistance. Conscients des défis qui s’imposent à nous, nous ne refusons aucune bataille. Fiers de notre héritage et confiants dans notre destin, nous n’avons qu’un seul mot d’ordre : on ne recule plus ! Nous sommes la génération sacrifiée, mais pas la génération perdue. Car nous entrons en guerre contre tous ceux qui veulent nous arracher nos racines et nous faire oublier qui nous sommes. Notre idéal est la reconquête, et nous la mènerons jusqu’au bout. Génération Identitaire est la barricade sur laquelle se dresse la jeunesse en lutte pour son identité. Dans les partis politiques, les jeunes sont la main d’œuvre. Au sein de Génération Identitaire, nous sommes la tête et les cœurs. Chez nous, la jeunesse commande à la jeunesse. Nous sommes des camarades, des amis, des frères, un clan. Plus qu’un mouvement de jeunesse, nous sommes la jeunesse en mouvement. Créative, fière, insolente et rebelle, la Génération Identitaire est l’avant-garde de la jeunesse debout.

- Qu’est-ce qui vous a poussé, Lore, à entrer dans ce mouvement ?

La volonté d'agir, d'être maitresse de mon destin face à la crise identitaire que traverse l'Europe et face à la submersion ethno-culturelle étrangère qui en découle. L’Europe traverse une crise identitaire grave, les Français et les Européens n’ont plus conscience de ce qu’ils sont, c’est-à-dire les dépositaires de 30 000 ans d’Histoire : de la grotte de Chauvet à la conquête de l’espace en passant par l’Illiade, la chanson de Roland ou la démocratie Grecque... Cet oubli de ce que nous sommes permet aux peuples et aux cultures étrangères de s’installer paisiblement sur nos terres, sans grande opposition, ce qui change irrémédiablement le visage de nos villes et nos villages par l’effet du déferlement incessant des populations extra-européennes (en majorité d’Afrique noire ou du Maghreb) et par la démographie galopante de ces dernières. Je milite pour que les Européens reprennent confiance en eux, en ce qu'ils sont, afin de vivre selon leur propre vision du monde sur leur propre sol.

- Les médias de masse classent GI à l’extrême-droite, voire à l’ultra-droite, qu’en dites-vous ?

Ces méthodes de classification permettent de jeter l’anathème avant même le début du débat, ce sont de véritable procès d’intention qui nous sont faits afin de discréditer notre discours et n’avoir pas ainsi à répondre sur le fond du problème. Car à la vérité, nous ne sommes ni « extrême », ni de « droite » et pas davantage de gauche, nous sommes identitaires et ce terme suffit à lui seul à nous définir. Nous défendons la conception de triple identité : identité charnelle, celle de nos régions, l'identité historique, ce qui fait de nous des Français et l'identité civilisationnelle, celle des Européens et de leur vision du monde commune. Nous défendons donc des valeurs européennes : le courage, le don de soi, le respect de la parole donnée, la culture de l'esthétique ... qui peuvent être des valeurs classées à droite.

- Vous avez participé au blocage du col de l'Échelle il y a quelques jours. Comment avez-vous vécu cette expérience ?

Contrairement à d'autres événements que nous organisons, assez peu de filles ont participé à cette mission. Comment ne pas penser aux 1 000 agressions sexuelles de Cologne perpétrés par des demandeurs d'asile ou immigrés en situation illégale ... est-ce la raison ? J'avoue en tout cas que ça m'a effleuré l'esprit.

Nous nous étions donné rendez-vous dans le plus grand secret à Briançon la veille. Briefing, bonne nuit de sommeil et le samedi matin, nous étions une centaine de militants au pied du col de l'Échelle avec des centaines de kilos de matériel à monter : grillage, piquets, barnum, banderole de plusieurs dizaines de mètres et plusieurs litres d'eau (un temps très ensoleillé étant prévu). Équipés pour une marche en montagne dans la neige, nous n'avons eu aucun mal à atteindre le col de l'échelle à 1762 mètres d'altitude. Une fois sur place, tout va très vite. Je fais partie de l'équipe qui installe la banderole sur laquelle est inscrit, blanc sur rouge, "frontière fermée, vous ne ferez pas de l'Europe votre maison, il n'y a pas de chemin, retournez chez vous", le tout sur 2 000 mètres carrés ! Nous devons la monter dans la pente, au-dessus de la frontière physique que montent nos camarades à l'aide du grillage orange. Elle pèse son poids et est tellement grande que nous avons du mal à savoir si elle est dans le bon sens ou pas. À l'aide des talkies walkies, ceux d'en bas nous guident pour la positionner au mieux. Nous avons le temps, pour une fois, personne ne viendra nous déloger. Enfin nos hélicos arrivent, nous n'avons rien à envier à Greenpeace, l'action est parfaitement réglée, de superbes images sont prises du sol comme des airs et pourrons être diffusées rapidement par notre équipe de com' restée dans la vallée. Le week-end durant, nous sommes restés postés à la frontière sans qu'aucun migrant clandestin ne franchisse la frontière au col de l’échelle. Dans la nuit de samedi à dimanche, vers 1 heure matin pourtant l’équipe de nuit entend des pas dans la neige et met en fuite plusieurs personnes. Aujourd'hui, ces équipes de surveillances sont encore en place, et, avec le soutien précieux des locaux (ravitaillement, informations), elles ont stoppé plusieurs clandestins tentant de passer la frontière. Ceux-ci ont immédiatement été remis aux forces de l'ordre selon la loi. La mission est un succès :

  • Nous avons prouvé qu'il est possible de stopper les migrants si on le veut : si les 100 jeunes Français et Européens qui étaient dans les Alpes le peuvent, le gouvernement de la 5ème puissance mondiale aussi.
  • Les effectifs Police-Gendarmerie et les contrôles sont renforcés. Selon les déclarations du ministre de l'Intérieur.
  • Plusieurs passeurs de migrants clandestins sont en détention provisoire. Et les pro-migrants ont montré leur vrai visage en attaquant et blessant deux policiers pendant leur manifestation.
  • Les migrants désertent le point de passage à cause de l'exposition médiatique et des contrôles. Nos équipes sur place continuent la surveillance.
  • On parle enfin de la situation dramatique que vivent les habitant du Briançonnais. Les habitants ne sont plus abandonnés.

- Pouvez-vous nous révéler d’autres actions à venir comme celle du col de l’Échelle ? Ce que je peux vous assurer c'est que nous serons toujours en première ligne, là où la nécessité l’impose.

- Quelle est la position de GI sur le sujet épineux de l’implantation de l’islam et des musulmans en Europe ?

Sur un plan strictement religieux, nous respectons l’Islam comme toute religion historique. Malheureusement, l’Islam n’est pas qu’une foi. C’est aussi une loi civile au prosélytisme agressif et revendicatif. Tel qu’il est prêché et pratiqué, l’Islam comporte de nombreux éléments en contradiction profonde avec notre culture et notre tradition. C’est pourquoi nous nous opposons fermement aux exigences de plus en plus virulentes de l’Islam sur les terres européennes : suppression du porc dans les menus scolaires, multiplication des mosquées-cathédrales, traitement spécifique réservé aux femmes dans les services publics (hôpitaux, piscines…), contestation des programmes d’enseignement, etc. Ce n’est donc évidemment pas l’Islam « en tant que tel » que nous combattons – il n’est pas question pour nous de déclarer une guerre au monde musulman – mais bien son développement exponentiel sur notre sol. Notre culture est en dormition, une autre culture forte prend la place vacante. Le mélange culturel n'existe pas : il y a forcément substitution. L'échange culturel, qui est lui enrichissant, ne peut se faire qu'entre deux cultures de même ampleur. GI souhaite préserver la diversité culturelle. De ce fait il est nécessaire de : 1/ retrouver notre culture et la vivre (implantation de maisons de l'identité, fêtes européennes et locales) 2/ la défendre afin qu'elle reste majoritaire sur son propre sol (agit propre)

identitaires facebook

- Quelle est votre réaction à la censure dont GI fait l'objet sur Facebook, Twitter et Instagram ?

C'est le premier mouvement de jeunesse de France qui est aujourd'hui muselé. C'est une atteinte fondamentale à la liberté d'expression et chacun, qu'il nous soutienne politiquement ou non, devrait s'en indigner. Mais nous sommes pleins de ressources et que l'on nous coupe une tête, il en repoussera deux !

- Que disent vos proches, amis, collègues, famille, au sujet de votre engagement auprès de GI ?

Je crois que je suis une personne "normale" : stable, ouverte et curieuse. Lorsque les proches qui ne connaissent pas encore mon engagement apprennent que je milite chez GI, je fais face à des réactions plutôt positives, je me souviens même que mon patron m'a dit un jour "Ce que j'aime avec toi, c'est que tu expliques clairement tes opinions et qu'elles sont toujours justifiées ... cela amène à réfléchir". Les sujets que nous traitons sont des sujets sociétaux majeurs et nos méthodes sont légales et efficaces. Pour la mission dans les Alpes par exemple, les militants de gauche aimeraient nous voir arrêtés et font circuler l'idée que nous sommes hors la loi en conduisant aux forces de l'ordre les clandestins. Au contraire, deux articles du droit français (73 et L621-2) nous protègent.

code pénal

- Avez-vous déjà subi des pressions morales ou physiques en raison de vos opinions ? Si oui, de quelle nature ?

Je reçois davantage de messages de soutiens que de menaces. Mais, comme pour tous les militants de GI, il est clair que la pression sociale est là, et les médias ne nous soutiennent pas, ce qui n'arrange rien. Il n'y a qu'à voir le harcèlement que subit actuellement Romain, l’un de nos porte-parole : pressions sur sa vie personnelle, professionnelle, compte Facebook fermé etc. Nos porte-parole prennent tous les risques, pour vous, pour nous. À nous de les soutenir moralement, physiquement mais aussi financièrement. Mais la plupart du temps ce sont des menaces qui ne franchissent pas l'écran d'ordinateur. J'aimerais pourtant vraiment pouvoir les prendre au sérieux et me réjouir de tant de courage !

- Comment nos lecteurs peuvent-ils vous soutenir dans votre cause ?

"Qui ne donne pas de son sang ou de son temps donne de son argent." Toutes nos actions sont entièrement financées par vos dons. C'est pourquoi, la meilleure façon de soutenir nos actions est de faire un don ici Il est bien sûr important de relayer nos messages. Pour rester informé en direct suivez notre chaîne d'information sur Telegram @generationidentitaire :

- Enfin, souhaitez-vous donner un message à nos lecteurs suisses ?

Votre référendum sur les minarets a fait grande impression en France, et aujourd'hui nous prenons souvent nos amis Helvètes comme modèle sur le sujet de la démocratie participative. À l'heure où l'immigration extra-européenne atteint des niveaux jamais égalés au cours de l'histoire de notre continent, (selon des études de l'AFDPHE sur le dépistage de la Drépanocytose, maladie qui ne touche pas les Européens : en 2016 en France, 40% des naissances sont extra-européennes) certains politiques de droite (Debout la France, LR et FN) demandent aujourd'hui un referendum populaire sur l'immigration mais ne sont pas entendus. Aujourd'hui aucune concession sur la liberté et l'identité n'est possible. Notre civilisation est en danger de mort, et chaque pays se doit de ne rien lâcher ! Si tu as entre 18 et 30 ans, rejoins Génération Identitaire, premier mouvement de jeunesse en Europe !

identitaires3

9 commentaires

  1. Posté par Dominique Launay le

    Comment aider financièrement ces jeunes dedans lesquels on met tous nos espoirs, sans passer par internet?
    Je maîtrise mal l’outil informatique, et m’étant faite escroquée une fois, je préfère utiliser un autre biais…

  2. Posté par Vincent Oberson le

    CoolCoul, vous connaissez mal l’histoire et la préhistoire. Je peux même dire qu’il y a en tout cas 500’000 ans

  3. Posté par thomas le

    Je suis totalement en accord ave ce que vous avez écrit….et fait!!…je ne peux que vous féliciter…et souhaiter que cela fasse « tache d’huile »..!!!

  4. Posté par coocool le

    Un jeune lucide et courageux, même s’ils exagèrent un peu concernant les 30 000 années d’histoire européenne… Il peut diviser par 10…

  5. Posté par claudia le

    Tant que les salopards qui veulent la fin de l’Europe, comme l’immonde Soros, seront libres d’agir, le combat des patriotes sera dur et périlleux, car l’EU est une dictature qui n’hésite pas à éliminer ceux qui résistent. Il y a peu de jeunes courageux prêts à ce combat.

  6. Posté par Robert le

    Bravo mille fois merci ,la jeunesse n’est pas que des petits cons de gauchiste .

  7. Posté par Rominet le

    « Assez peu de filles ont participé à cette mission ».
    Par contre, pour collaborer avec les envahisseurs, elles sont à l’avant-garde. Simple observation.

  8. Posté par Damien François le

    On fait ce qu’on peut… J’expose cette bannière au camp de base de l’Everest et espère la brandir sur le Toit du Monde:
    https://www.journalistenwatch.com/2018/05/07/jouwatch-reporter-am-mount-everest-der-berg-als-statement-ein-europa-der-nationen/
    MAIS, l’Europe est fichue, la déferlante (un grand merci à nos gouvernements, salopards!) est ubiquitaire. Et un grand merci à la police et aux forces de l’ordre en général qui assassinent les peuples européens. A vomir

  9. Posté par Christian Hofer le

    Un grand merci pour cette superbe interview.

    Heureusement, des jeunes comme vous nous donnent de l’espoir. Ils ne se limitent pas aux mots mais offrent de leur temps et se mettent en danger également.

    Beaucoup de courage pour vos prochaines actions. Nous sommes avec vous.

Et vous, qu'en pensez vous ?

Poster un commentaire

Votre commentaire est susceptible d'être modéré, nous vous prions d'être patients.

* Ces champs sont obligatoires

Avertissement! Seuls les commentaires signés par leurs auteurs sont admis, sauf exceptions demandées auprès des Observateurs.ch pour des raisons personnelles ou professionnelles. Les commentaires sont en principe modérés. Toutefois, étant donné le nombre très considérable et en progression fulgurante des commentaires (150'216 commentaires retenus sur 9'675'514, chiffres au 25 septembre 2017) un travail de modération complet et exhaustif est totalement impensable. Notre site invite, par conséquent, les commentateurs à ne pas transgresser les règles élémentaires en vigueur et à se conformer à la loi afin d’éviter tout recours en justice. Le site n’est pas responsable de propos condamnables par la loi et fournira, en cas de demande et dans la mesure du possible, les éléments nécessaires à l’identification des auteurs faisant l’objet d’une procédure judiciaire. Les commentaires n’engagent que leurs auteurs. Le site se réserve, par ailleurs, le droit de supprimer tout commentaire qu’il repérerait comme anonyme et invite plus généralement les commentateurs à s’en tenir à des propos acceptables et non condamnables.

Entrez les deux mots ci-dessous (séparés par un espace). Si vous n'arrivez pas à lire les mots vous pouvez afficher une nouvelle image.